Romans jeunesse

12 jours sans parents [roman]

12 JOURS SANS PARENTS, par Sophoe Rigal-Goulard (Rageot, 2020)

Madeleine, 13 ans, vit avec sa mère et son nouveau mari, Diego, ainsi qu’avec son demi-frère de 6 ans, Sidney. Une semaine sur deux, viennent les rejoindre les deux fils de Diego, Tristan, 12 ans et Thilo, 9 ans. Un jour, les parents annoncent qu’ils partent 12 jours au Cambodge pour des vacances en amoureux et que ce sont les grands-parents qui viendront les garder. Les voilà partis en taxi à l’aéroport, sauf que les grands-parents n’ont pas compris les dates et n’arrivent pas pour les garder. LEs 4 enfants se retrouvent seuls et ravis : ils se disent qu’ils vont en profiter… enfin surtout les garçons. C’est une orgie de chips, grignotages en tous genres, console de jeux vidéo et autres choses plus ou moins interdites en temps normal dans la famille… Pour Madeleine, qui a le plus la tête sur les épaules, c’est l’enfer qui commence : il va lui falloir supporter trois boulets. Comment cela va-t-il se passer pour manger, faire les courses… et vivre ensemble et se supporter pendant ces 12 jours ?

Après 15 jours sans réseau, 30 jours sans déchets, 10 jours sans écran, 24 heures sans jeux vidéo… voici dans la même série 12 jours sans parents. C’est peut-être le rêve de beaucoup, mais comme on pouvait s’en douter, cela ne va pas se passer si bien… On pense bien dès le départ que cela va partir dans tous les sens. Les garçons profitent de la situation au maximum (avec quelques réflexions sexistes d’ailleurs qui font bondir Madeleine), et la jeune Madeleine tente de gérer au mieux les mensonges aux parents et aux grands-parents, ainsi que le budget pour les courses, les repas, la propreté… et le petit demi-frère pas très autonome du haut de ses 6 ans. Pas facile pour la jeune adolescente, surtout quand on n’est pas aidé par les autres membres de la famille, et qu’on déteste ceux avec qui on vit une semaine sur deux…

Au départ j’ai trouvé ce roman très bruyant, j’ai eu l’impression que ça criait dans tous les sens, que ça faisait les pires bêtises imaginables, que l’ambiance était plus que tendue… et j’ai trouvé le début fatigant, les garçons détestables, et Madeleine assez froide aussi. Ensuite, chacun apprend à se connaître, et chacun sort de ses a-priori et au final cela les rapproche et renforce les liens de cete famille recomposée. Bien sûr cela met du temps, et au bout des 170 pages, on se dit qu’il faut du temps, du dialogue et de la compréhension mutuelle pour mieux connaître ceux avec lesquels on vit. Parfois c’est aussi quand il y a un coup dur (la blessure de Sidney par exemple) que cela rapproche les membres de la famille. Un chouette roman, bien écrit, qui devrait plaire aux  collégiens qui aiment déjà les autres titres de la série ! Mais bon, ce sera pour après le confinement…

A partir de 10 ans selon Ricochet pour les autres tomes, ce serait la même chose pour celui-ci.

Extrait à lire depuis le site de l’éditeur.

On en parle (encore peu) sur les blogs : CultureVsNews, …

Lien vers le site de l’autrice, que j’ai rencontrée dans un salon littéraire et que j’avais trouvée très accessible et souriante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s