Rien ne va plus sous les étoiles [roman]

RIEN NE VA PLUS SOUS LES ÉTOILES, par Jenny McLachlan (La Martinière jeunesse, 2018, coll. Fiction J.)

Meg vit dans une drôle de famille : sa mère, pour aider une de ses amies, décide de l’accompagner au Myanmar pour une mission humanitaire, en laissant à son ado de fille la gestion de l’appartement familial et surtout de sa demi-soeur Elsa âgée d’à peine plus d’un an… Meg va devoir faire preuve d’une sacrée maturité pour gérer ce bébé au caractère plus qu’affirmé ainsi que Pongo le chien et le grand-père totalement fantasque qui vit non loin de là mais est incapable de gérer quelqu’un d’autre que lui. Surtout que Meg, passionnée de sciences, espère bien gagner un concours qui aura lieu bientôt et offre aux gagnants la visite du centre spatial de Houston au Texas… Comment Meg va-t-elle gérer cette situation difficile ?

Ce roman jeunesse de près de 330 pages ne m’intéressait pas plus que cela au départ, mais il fait partie d’une présélection pour un prix littéraire et des collègues l’ont lu et ont été très enthousiastes. Comme je fais souvent confiance à mes collègues dans ces cas-là, je me suis lancée dans ce roman, et je ne le regrette pas. En effet, l’héroïne est attachante, elle gère du mieux qu’elle peut une situation imposée par sa mère qui est une sacrée gamine (laisser ses deux enfants pendant 10 jours sans personne pour s’en occuper relève de l’inconscience). Les sciences s’ajoutent à cette lecture originale, avec une héroïne passionnée d’astronomie et d’espace. Pourtant c’est un thème qui ne me plaît pas plus que cela, mais je dois avouer que son enthousiasme est communicatif et plaisant à voir (ce n’est pas une ado blasée, elle a une vraie passion, et explique bien des éléments, si bien qu’on apprend des choses sans s’en rendre compte). Les personnages qui gravitent autour sont assez fous : Elsa la petite soeur capable de plusieurs bêtises à la seconde, le grand-père désorganisé au possible, Ed un passionné de sciences comme Meg mais que Meg soupçonne de vouloir se moquer d’elle, Annie une amie toujours là pour trouver des solutions… Meg est par moment assez asociale, elle n’aime pas le contact des autres ados et doit subir un groupe de paroles avec d’autres ados comme elle…

J’ai aimé les références culturelles, même si elles risquent de ne pas toujours être comprises par les élèves (Ed et Bella de Twilight, Elsa et autres personnages de La Reine des neiges, Pongo des 101 dalmatiens…), cela apporte de la légèreté au récit, et l’ancre totalement dans son temps, et aussi dans l’univers Disney dont est fan la mère de Meg.

Un texte très intéressant, original, qui comporte quelques touches spécifiquement british : le fait de s’acheter le déjeuner dans ll’établissement, le déroulé des cours, ou encore les repas un peu particuliers parfois (haricots blancs et spaghetti bolognaise dans un même repas 😉 !)… Un texte réjouissant et une belle découverte pour moi !

A partir de 11 ans selon Ricochet.

On en parle sur les blogs : Chez Clarabel, Sophielit.ca, Culture vs News

Premières pages à lire sur le site de l’éditeur.

2 réflexions sur “Rien ne va plus sous les étoiles [roman]

  1. Mokamilla 11 mai 2020 / 08:31

    J’aime beaucoup quand un roman nous surprend là où l’on ne l’attend pas. Ce fut le cas avec ma dernière lecture jeunesse. Je note ce titre.

    J'aime

    • caro 16 juin 2020 / 23:14

      Oui, c’était surprenant, et s’il n’avait pas fait partie d’une présélection, pas certaine que je l’aurais lu…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s