J’ai envie qu’on m’aime [nouvelles]

J’AI ENVIE QU’ON M’AIME, par Magali Wiéner (Rouergue, 2018, coll. DoAdo)

Recueil de nouvelles sur le thème de l’adolescence, de l’amour, de l’amitié, de secrets, de choix de vie… par dix adolescents, garçons ou filles, aux origines variées : Valentine est emportée dans une fête dangereuse, Juliette qui part en convalescence chez ses grands-parents dans les Alpes après avoir avorté, Jules qui s’amuse à filmer ses copains dans leurs pires états, Basile qui s’engage dans un parti politique…

Quand je vais en bouquinerie et que je tombe sur des titres de cette collection, j’ai du mal à ne pas l’acheter. Ici, une nouvelle fois, je n’ai pas résisté, même s’il s’agit de nouvelles. J’adore tellement les textes parus en « DoAdo » que je suis très rarement déçue. Encore une bonne pioche avec ce recueil de 10 nouvelles en 200 pages. Chaque histoire est différente, mais l’autrice parvient à donner suffisamment d’infos sur le contexte ou le héros pour qu’on accroche.

J’ai particulièrement aimé l’histoire de Basile qui doit faire la cuisine pour sa famille pour le réveillon de Noël, et il se rend compte des opinions politiques détestables de son oncle et de sa tante, ainsi que des clichés qu’ils véhiculent… La chute, à la toute dernière ligne de la nouvelle, est vraiment très drôle ! L’histoire de Chiara qui se met à la boxe alors que pour sa famille ce n’est pas un sport de fille n’est pas spécialement drôle, mais la fin montre qu’avec de la volonté pour s’affirmer, on arrive tout de même à ses fins et que ses choix sont les bons… Bref, des héros globalement attachants, et j’ai pris plaisir à découvrir toutes ces histoires de vies adolescentes avec leurs questionnements, leurs doutes mais aussi leurs choix. Bien sûr, le format de la nouvelle fait qu’on reste un peu sur sa faim, qu’on aimerait parfois passer plus de temps avec ces ados plus ou moins bien dans leur peau, mais c’est le format qui veut ça !

L’écriture de Magali Wiéner est très agréable à lire, très fluide. Pas de souci sur le vocabulaire non plus, c’est vraiment une lecture comme j’aime, simple et légère. L’autrice aborde des thèmes variés : le sexisme, les clichés de genre… et montre la diversité de l’adolescence actuelle. Une très bonne lecture pour moi !

A partir de 14 ans selon Ricochet, 13 ans selon l’éditeur.

On en parle sur les blogs : Nouveautés-jeunesse, Les chroniques littéraires d’Anaïs, NineHank, Hashtag Céline

Extrait à lire sur le site de l’éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s