Watertown

WATERTOWN, par  Jean-Claude Götting (Casterman, 2016)

A Watertown, petite ville tranquille du Massachussetts, Philip Whiting est un modeste employé d’un cabinet d’assurances de la ville. Il a ses petites habitudes : chaque matin il passe dans la boutique de M. Clarke pour acheter un muffin, qu’il déguste sur le chemin de son bureau. Un matin, alors qu’il salue Maggie l’employée, par un « à demain », elle lui répond que le lendemain, elle ne sera plus là. De fait, le lendemain, le patron est mort et l’employée a disparu. Deux ans plus tard, Philip fait la connaissance de Marie à Stockbridge, la ville de résidence de son frère. Il lui trouve une étrange ressemblance avec Maggie, et va se trouver malgré lui à mener l’enquête : serait-ce la même personne ? Si oui, aurait-elle tué M. Clarke ?

Voici un album encore une fois repéré sur des blogs, et emprunté depuis à la bibliothèque. Je n’avais jamais vu cet album auparavant, et je serais passée à côté d’une belle histoire. L’enquête se déroule de façon assez classique, mais l’ambiance est vraiment belle : le trait est particulier (des contours très marqués, au crayon gras noir), des couleurs un peu passées, comme si l’histoire avait été filmée dans les années 1960. Le découpage en chapitres, avec le titre et un dessin en pleine planche, est original. Graphiquement, cela m’a fait penser par moment à l’album La loterie.

L’histoire est assez simple, mais on la suit avec plaisir. On se doute qu’il y a quelque chose de secret, que Marie et Maggie ne sont qu’une seule personne mais sans savoir quel est vraiment le lien entre les deux. Et puis au final, l’auteur nous balade pas mal avant la résolution de l’énigme, que personnellement je n’avais pas résolue !

En tout cas, c’est graphiquement très chouette, très cinématographique, et cela m’a donné envie de lire d’autres productions de cet auteur que je ne connaissais pas auparavant. J’ai aimé l’ambiance très zen qui sort de cet album, mais en même temps l’angoisse qui monte avec par exemple l’ami qui meurt d’un mystérieux accident de voiture en revenant de mener l’enquête à Stockbridge. Un polar très agréable à lire, avec un narrateur qui devient vite obsédé par son enquête informelle sur Maggie/Marie, et nous raconte son cheminement avec pas mal de voix off, comme dans un film…

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Pativore, Lecturissime, Doucettement, Edyta et sa bibliothèque

Premières planches à voir sur Izneo.

Une réflexion sur “Watertown

  1. PatiVore 18 juillet 2020 / 16:49

    Contente que tu l’aies lue et aimée ; pareil pour moi quand j’ai lu La malle Sanderson, ça m’a donné envie de lire d’autres titres dont Watertown ; bon weekend 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s