Quintland [roman]

QUINTLAND. L’INCROYABLE DESTIN DES PREMIÈRES QUINTUPLÉES, par Fred DuPouy (Syros, 2019)

quintlandMai 1934. Elzire Dionne, canadienne francophone, accouche de quintuplées dans sa maison de Corbeil, dans l’Ontario. Le docteur Dafoe a été appelé en urgence pour aider cette mère de 5 premiers enfants à donner naissance à ses bébés, dont on ignorait jusque là leur nombre. Les cinq bébés s’avèrent être des filles, et le révérend ne tarde pas non plus à venir pour l’extrême-onction des nourrissons, personne ne croyant que les bébés allaient survivre.  Mais le docteur Dafoe a organisé la vie des quintuplées pour qu’elles survivent, et les voici qui grandissent. Mais en parallèle, elles sont aussi éloignées de leur parents et frères et soeurs, deviennent pupilles de l’Etat, et vivent entourées d’infirmières, derrière des vitres sans tain vers lesquelles les nombreux touristes se pressent pour voir ce phénomène si rare…

Quintland est un roman jeunesse historique basé sur des faits réels : ce roman de près de 230 pages relate l’histoire des soeurs Dionne, les premières quintuplées à avoir survécu. Il raconte aussi comment cette fratrie a été exploitée pour du tourisme d’un drôle de genre, et comment la vie de famille tranquille a été bouleversée par le tourisme et les adultes qui encadraient les petites filles.

Le texte se lit bien, ce n’est pas un simple récit, puisque des extraits des journaux d’une infirmière sont repris et adaptés dans ce roman. Par contre deux personnages totalement fictifs sont ajoutés (et l’auteur en parle à la fin) : il s’agit d’Alice et Edith, deux amies âgées d’une dizaine d’années qui sont intriguées par les soeurs, au point de collectionner les articles de journaux pour l’une d’elles. Elles apportent une touche un peu plus légère mais aussi critique sur la situation d’exploitation de la situation. J’ai bien aimé cette lecture, puisque cela m’a permis de découvrir une histoire qui m’était jusqu’alors inconnue. C’est aussi l’occasion sur le lecteur de se questionner sur le tourisme, dès lors que ce sont des personnes ou des animaux exposés : qu’ont-ils vraiment demandé ? Jusqu’où peut-on faire du commerce avec des « particularités » ? La situation exposée est en tout cas affligeante pour ces fillettes qui n’avaient rien demandé, et qui se retrouvaient au milieu des regards curieux…

A partir de 14 ans selon Ricochet.

On en parle sur les blogs : Ocalypso, Hashtag Céline,  Le coin lecture d’Arsène, Mademoiselle Maeve, La petite Mu qui plume

Extrait à lire depuis le site de l’éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s