Romans jeunesse

Blue pearl [roman]

BLUE PEARL, par Paula Jacques (Gallimard jeunesse, 2020)

blueElizabeth Burlington est la fille d’Abigail, esclave sur le domaine de Sir James, en Virginie. Née dans les années 1850, elle a aussi connu l’esclavage, mais a fui et vécu la majeure partie de sa vie à Washington, dans le quartier de Little Africa. C’est là d’ailleurs qu’un jour, une femme blanche, collectionneuse de poupées ancienne, lui apporte Bleu Pearl, la poupée de son enfance qu’elle avait perdu des années plus tôt, mais ne la lui rend pas. Cela fait remonter un tas de souvenirs à Lizzie qui se met à écrire le récit de son enfance en tant qu’esclave dans le sud des Etats-Unis, esclavagiste farouchement opposé à Lincoln, le président américain abolitionniste…

Voici sur ce blog encore une lecture « imposée » pour un comité de lecture. Dès les premières pages, j’ai été happée par le récit, qui se passe en 1926 avec les souvenirs d’une vieille dame qui remontent à la surface suite à une rencontre avec une collectionneuse de poupées.

J’ai trouvé le récit bien raconté, le vocabulaire est très précis et on s’imagine sans peine les décors et les personnages. Le récit ne manque pas d’actions, entre les descriptions de ce qui se passe au domaine de Sir James, puis la guerre de Sécession qui arrive et le maître qui part combattre pour le Sud, puis les brimades infligées par le régisseur qui gère le domaine. Lizzie et sa mère ne travaillent pas dans les champs mais sont au service de la famille blanche, avec une jeune fille véritable peste qui fait passer sa colère liée à son handicap sur la jeune fille noire. Le racisme est omniprésent dans ce récit, et il est raconté du point de vue de la victime. Il y a pas mal de références chrétiennes, signe de la piété de cette vieille dame qui a été élevée avec la Bible, mais cela ne bloque pas le récit. Le côté « souvenirs d’enfance » m’a beaucoup plu, parce que c’est raconté avec du recul, et on sait aussi par ce moyen que Lizzie a survécu à cet enfer, ce qui est assez rassurant. J’ai trouvé le texte instructif sur l’esclavage au 19e siècle aux Etats-Unis, et ai aussi apprécié cette narratrice qui nous raconte une bonne partie de son enfance et de son adolescence.

Personnellement, j’ai beaucoup aimé cette histoire, car c’est un thème que j’ai rarement croisé en littérature jeunesse. A noter enfin que c’est le premier roman jeunesse de cette autrice qui a reçu le prix Fémina en 1991.

A partir de 13 ans selon Ricochet.

Quelques pages à feuilleter sur le site de l’éditeur.

On en parle sur les blogs : Lire sous le tilleul, L’heure de lire, Les miscellanées d’Usva, Ribambelle d’histoires…  

3 réflexions au sujet de “Blue pearl [roman]”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s