BD fait de société

Dans les vestiaires

DANS LES VESTIAIRES, par Timothée Le Boucher (La boîte à bulles, 2020)

008250130La salle de sport vient d’être totalement rénovée, et ses vestiaires également : couleurs plus actuelles, douches spacieuses (mais collectives)… Pour les ados, c’est un nouvel espace à investir, et c’est là aussi que se jouent beaucoup de choses, avant et après le cours de sport. Pas de cadeau entre ces collégiens si différents, certains introvertis, d’autres moins discrets… Les filles du vestiaire d’à côté intriguent aussi, et on trouve alors des moyens farfelus pour pouvoir les observer en douce, malgré les vitres floutées…

Voici la réédition d’un album paru initialement sous le titre « Les vestiaires », qui a été le premier album de Timothée Le Boucher (auteur de « Ces jours qui disparaissent » ou « Le patient« ). Au départ, je me suis dit que je pourrais tout à fait mettre cet album au collège, car cela paraissait réaliste. Et puis pourtant, plus cela avançait plus j’ai déchanté, et en fait non, cet album-là n’ira pas entre les mains des collégiens, car il y a trop de cases qui m’ont dérangé, en terme de vocabulaire principalement, et que je ne vois pas défendre cet album auprès de parents qui pourraient être dérangés par une telle lecture… Alors certes, cela parle de harcèlement, de grossophobie aussi, et du rapport entre filles et garçons, sujets oh combien d’actualité… Mais c’est parfois trop violent au niveau du vocabulaire…

Graphiquement c’est le trait que l’on retrouve dans les albums publiés ensuite par l’auteur (titres ci-dessus), mais en tout de même un peu plus simple et plus hésitant. Parfois il n’y a tout simplement pas de décors, juste un zoom sur les personnages, auxquels on ne s’attache pas forcément, même Corentin le souffre-douleur du groupe, un ado plus enveloppé que les autres. Il faut cependant reconnaître à l’auteur que son trait permet de bien différencier les personnages, car ils ont tous des têtes bien différentes (parfois même un peu étranges pour des garçons, je pense à celui avec la masse de longs cheveux blonds par exemple).

L’histoire est découpée en plusieurs chapitres, un par jeudi, donc un par cours de sport. L’auteur utilise aussi parfois le flou pour signifier la vue à travers les vitres du vestiaire, ce n’est franchement pas les cases que je préfère, car j’ai eu l’impression d’avoir des problèmes de vue ! Concernant les couleurs, je les ai trouvées assez ternes dans l’ensemble. 

Gauthier, le chef de bande est détestable. Les autres élèves sont catégorisés parmi les forts ou les faibles La prof de sport semble absente et la zone des vestiaires semble être une zone de non-droit. L’adulte n’est jamais présent et c’est peut-être certainement cela qui m’a le plus dérangée, car tout se passe en vase clos et l’adulte manque réellement à ses responsabilités…

Bref, ça se lit mais je ne dirais pas que c’est une lecture que j’ai vraiment apprécié… Je suis contente de l’avoir lue quand même, mais aussi heureuse de l’avoir rendue à la bibliothèque ensuite !

A partir de 15 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Bib-bazar, Les lectures de Chloé

Premières planches à voir sur Izneo.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s