Romans jeunesse

Alex fils d’esclave [roman]

ALEX FILS D’ESCLAVE, par Christel Mouchard (Flammarion jeunesse, 2019)

alex fils d'esclaveDeuxième moitié du XVIIIe siècle, à Saint-Domingue, Alexandre Delisle est le fils d’un homme blanc venu de Normandie vingt années plus tôt et d’une esclave noire affranchie. Avec sa soeur Rose, Alexandre, qui se fait appeler Alex, grandit dans une maison où tous sont libres. Tout va bien jusqu’au jour où son père les quitte de manière inopinée, en ayant au préalable vendu femme et enfant à un esclavagiste de l’île qui va les enchaîner et les amener sur sa propriété pour les exploiter. Les trois ne supportent évidemment pas ce changement, ne comprenant pas ce revirement soudain. Un jour, Alex est revendu à un ancien pirate qu’il connaît, le capitaine Ponche, qui prétend l’amener en Guadeloupe, mais en réalité le ramène à son père qui est retourné en métropole et va révéler à son fils de nombreux secrets inavoués…

J’ai lu ce roman pour un prix littéraire et je n’étais pas spécialement motivée au départ. J’ai bien vite changé d’avis car j’ai vraiment apprécié cette lecture : tout d’abord, cela commence bien, avec des explications des mots usités à St-Domingue, et un arbre généalogique où Alex est replacé dans un arbre généalogique : il s’agit du père d’Alexandre Dumas père, l’écrivain des Trois Mousquetaires, et du grand-père d’Alexandre Dumas fils, auteur quant à lui de la Dame aux camélias. Alex, fils d’un blanc et d’une esclave née en Afrique est devenu général dans l’armée française. Je savais vaguement que le célèbre écrivain avait des esclaves parmi ses ancêtres, sans en savoir plus. Ici, on parle donc du grand-père, qu’on suite depuis ses douze ou treize ans jusqu’à sa vie d’adulte. Le récit est bien mené, avec du rythme, sans temps mort. Il y a des explications sur la vie dans l’île, avec les termes locaux, ce qui fait qu’on se sent presque là-bas, en tout cas on imagine assez aisément le contexte. 

Un récit de 230 pages vraiment captivant, peut-être aussi parce que c’est une histoire vraie. Le thème de l’esclavage est bien abordé sans camoufler les aspects les plus durs (les coups de fouet, la vente forcée, le manque de considération), mais il y a aussi sur la fin un peu de romance, et également la découverte de la vie d’un apprenti-gentilhomme qui s’initie à l’escrime… Bref, cela peut plaire à tout type de lecteur. J’ai aussi apprécié à la fin les infos complémentaires, sorte d’épilogue bienvenu.

Personnellement, je n’ai pas ressenti de bémols avec ce livre, mais j’ai juste eu un problème avec la numérotation des chapitres, qui repart à zéro à chaque nouvelle période, mais c’est un détail… Ce serait vraiment dommage de manquer ce texte pour ado !

A partir de 13 ans selon Ricochet.

Extrait à lire depuis le site de l’éditeur.

On en parle sur les blogs : Le capharnaüm éclairé, Des livres des livres, Livres à profusion, Mille et une lectures de Maeve

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s