Romans jeunesse

Le temps des miracles [roman]

LE TEMPS DES MIRACLES, par Anne-Laure Bondoux (Bayard jeunesse, 2009)

temps des miracles

Blaise Fortune, citoyen français, a été trouvé au fond d’un camion par les douaniers. Malgré ses papiers et ses affirmations concernant sa nationalité, les douaniers ne le croient pas. Le jeune garçon qui a vécu ses douze premières années dans le Caucase nous raconte son histoire et son parcours plus que chaotique, seulement accompagné de sa mère adoptive, Gloria Bohème qui se départit pas de sa bonne humeur…

Pour une fois, voici une lecture non choisie. Je m’explique : tous les ans, avant les vacances de Noël, je prépare des pochettes de prêts surprise pour les élèves mais aussi pour les collègues. Cela marche pas trop mal, les nouveaux élèves découvrent le principe et m’interrogent sur ces sacs kraft qui remplissent une ou deux caisses, les anciens connaissent déjà un peu l’opération. Mais comme je travaille seule au collège, personne ne me prépare de pochette. Moi aussi j’avais envie de surprise, alors j’ai demandé à une collègue d’un collège voisin si cela l’intéressait qu’on fasse un échange de livres « à l’aveugle », et c’est ce qui a été fait juste avant les vacances de Noël. Pas de chance, j’avais déjà lu la bande dessinée qu’elle me proposait, mais par contre pour le roman, j’ai eu ce titre d’Anne-Laure Bondoux que je n’avais justement pas lu… Je m’y suis donc attelée pendant les vacances de Noël, et cela n’a pas été bien compliqué d’entrer dans cette histoire.

J’ai beaucoup aimé ce roman d’environ 250 pages, j’ai retrouvé le style fluide de l’autrice que j’avais déjà apprécié avec des titres plus récents ou non (L’aube sera grandiose, Et je danse aussi, Oh happy day, La vie comme elle vient). Le récit est raconté à hauteur d’enfant, du point de vue du jeune Koumaïl, avec ce qu’on lui a raconté sur son enfance, comment il a été recueilli, puis sa vie avec sa mère adoptive Gloria Bohème… Le récit est raconté postérieurement aux faits, on le comprend dès le début, ce qui fait qu’on sait quand même que ça finit bien (ou du moins pas trop mal). Le puzzle se reconstitue au fur et à mesure, et on se doute que le récit de la jeune femme est enjolivé pour cacher au jeune garçon des secrets plus ou moins inavouables, que les portraits dessinés ne gardent que le meilleur de chacun, sans exposer les côtés les plus sombres des hommes.

J’ai apprécié ce roman pour sa construction, pour ne pas avoir deviné la fin trop rapidement non plus et pour le périple retracé, non pas précisément (pas de noms de pays ou de villes), même si celui-ci n’a pas été simple. Plus de dix ans après sa parution, ce récit sonne malheureusement toujours d’actualité avec les bidonvilles, les réfugiés, les pollutions des eaux par des entreprises peu regardantes, les migrants et leur choix de l’exil avec l’espoir d’une vie meilleure… Le récit de Koumaïl n’est pas larmoyant, mais expose les faits tels qu’il les a vécus ou ressentis. C’est très touchant, et la fin est à la fois triste et belle.

Encore une bonne pioche avec ce récit d’Anne-Laure Bondoux, une valeur sûre de la littérature contemporaine.

A partir de 13 ans selon Ricochet.

On en parle sur les blogs : Petites madeleines, Bulle de Manou, Luocine, A propos de livres, Chez Clarabel, Livresse, Livres de Folavril

2 réflexions au sujet de “Le temps des miracles [roman]”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s