BD fait de société, BD historique

Chroniques de jeunesse

CHRONIQUES DE JEUNESSE, par Guy Delisle (Delcourt, 2021, coll. Shampoing)

chroniquesL’auteur nous raconte ses souvenirs de jeune adulte, quand à partir de 16 ans, il a commencé à travailler les étés dans l’entreprise dans laquelle son père était ingénieur. Il travaillait dans une usine de pâte et papier à Québec, près de la rivière Saint-Charles, et nous raconte les journées de travail, les collègues, les anecdotes les plus marquantes…

Un nouveau Guy Delisle, c’et toujours sympa. On retrouve le trait habituel de l’auteur québécois, dans un album bien plus court que les autres chroniques précédentes. Encore usage du noir, blanc et gris, avec cette fois des touches d’orange, pour le tee-shirt du narrateur, mais aussi la fumée de l’usine.

Ici, j’ai trouvé que cela manquait de liant, car parfois on passe d’un épisode à l’autre sans vraiment de transition, ou de titre… Cela se lit, bien sûr, mais ce n’est pas entraînant comme pouvaient l’être ses albums précédents. L’auteur apparaît fier d’avoir travaillé ici, il explique l’historique de l’entreprise fondée en 1927, les différents services dans lesquels il a officié, les moments insolites (comment dormir pendant le boulot, des réactions un peu incongrues de collègues…), mais j’ai eu du mal à me sentir incluse ou concernée par l’histoire. Certes, c’est intéressant pour découvrir le monde de l’entreprise de l’intérieur, mais rien de particulièrement neuf si ce n’est que ce monde était particulièrement masculin (et misogyne aussi).

Le sujet de l’entreprise n’est pas très commun en BD et ici l’auteur raconte sans chercher à dénoncer, il explique juste ce qu’il a vécu, comment cela ne l’a pas rapproché de son père et son parcours avant de travailler dans l’animation puis de devenir auteur de bande dessinée. Le sujet du père est abordé d’une manière délicate (on sent que les relations ne sont pas au beau fixe…), mais c’est plutôt secondaire, même si cela reste touchant et donne un peu d’humanité à cet album.

Bref, c’était une lecture pas désagréable, loin quand même du coup de cœur, même si c’est une histoire vraie intéressante puisque l’usine existe encore

A partir de 15 ans selon l@BD.

Premières planches sur le site de l’éditeur.

On en parle sur les blogs : D’une berge à l’autre, Blog brother, Doucettement, Mon coin lecture

Cet album participe aujourd’hui à bd, chez Noukette qui regroupe les billets des autres amateurs de BD, avec plein de belles découvertes au programme !

14 réflexions au sujet de “Chroniques de jeunesse”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s