Romans jeunesse

Une vie en milonga [roman]

UNE VIE EN MILONGA, par Fanny Chartres (L’école des loisirs, 2020, coll. Medium)

milonga

Alma est une jeune fille vit avec ses parents et son petit frère Angelo à Brest. La famille est d’origine argentine, mais elle ne sait pas comment ses parents se sont rencontrés, ni comment ils ont échoué dans ce café qu’ils gèrent dans cette ville loin de l’Amérique du sud. Son frère est le centre de leur attention, car il est sourd depuis une maladie et ses parents veulent à tout prix le rendre entendant, en lui faisant greffer des implants et remiser la langue des signes au placard alors que lui préfère rester dans le monde du silence, pour éviter les disputes par exemple… Alma, ce qu’elle aime, c’est plonger en rade de Brest avec ses amis, Apolline l’excentrique et Félix, le beau gosse aux yeux de couleurs différentes… Cela lui permet de penser à autre chose qu’aux problèmes familiaux…

Voici un roman paru il y a un an et demi et qui portait un titre énigmatique (je ne savais pas avant ce qu’était la milonga). La couverture aux couleurs vives m’avait donné envie de le lire, même si la plongée n’est pas un monde qui m’est familier. J’ai apprécié ce texte, et découvert une danse argentine, la milonga. J’ai presque entendu de la musique argentine en lisant ce texte. Le sport abordé, la plongée, n’est pas non plus commun en littérature jeunesse, en tout cas, je ne crois pas en avoir lu avant. On suit facilement Alma qui ne sait pas trop comment se placer dans cette famille où le frère accapare malgré lui les parents, qui sont déjà très occupés avec leur activité professionnelle. La surdité prend beaucoup de place dans la famille, la langue des signes est utilisée par tous sauf par la mère qui refuse obstinément le handicap de son fils, et cela ronge la famille. La situation n’est pas simple, mais l’autrice aborde les différents sujets d’une manière fluide.

Une fois entré dans l’histoire, pas facile de décrocher, surtout que la relation entre Alma et Angelo est très belle. J’ai aimé les descriptions du monde du silence, que ce soit chez la sœur qui plonge ou chez le frère qui n’entend pas sans implants. J’ai aussi aimé découvrir une partie de culture argentine, mais aussi retrouver des rues de Brest que je connais un petit peu. Bref, ce texte est original, et se démarque de la littérature jeunesse habituelle. Les portraits sont bien brossés, suffisamment pour qu’on s’intéresse et qu’on s’attache aux personnages. Une jolie découverte !

A partir de 11 ans selon Ricochet.

On en parle sur les blogs : Les mots de la fin, Sophie lit, Un petit bout de bib(liothèque)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s