Romans jeunesse

Notre monstre [roman]

NOTRE MONSTRE, par Agnès Laroche (Rageot, 2020)

monstreAdèle est au lycée, ses parents sont séparés depuis peu, son père a refait sa vie avec Djamila, et les relations entre Adèle et sa mère sont très mauvaises… La jeune fille songe à aller vivre chez son père après les épreuves anticipées du bac, mais lorsqu’elle apprend que sa mère souffre d’un cancer, elle change du tout au tout : elle ne voit presque plus son père et ses amis, préférant passer du temps avec sa mère et profiter des moments qu’ils leur restent… Entre elles deux, un règlement a été instauré : on ne parle pas de la maladie pour ne pas lui laisser de place, on n’aborde le sujet avec personne, ni amis, ni profs, et surtout pas le père, et on ne cherche pas d’informations sur la maladie qu’elles surnomment l’ogresse…

Voici un roman qui m’a beaucoup surprise. Je m’attendais à un texte sur la maladie, mais finalement ce n’est pas le thème de l’ensemble du roman. Au départ, cela aborde, uniquement du point de vue d’Adèle la narratrice, la maladie d’un membre de la famille, en l’occurrence un parent. Puis, sans dévoiler la fin, cela parle des relations mère-fille. En effet, Adèle réalise que sa mère lui a menti sur un détail, mais elle n’arrive pas à y croire, à réaliser que la bascule de leur relation repose sur un mensonge… Cela remet en cause aussi ses relations sociales : en effet, Adèle rejette totalement Blanche, sa meilleure amie, qui a pourtant toujours été là pour elle… Elle rejette aussi Milena, une fille de son âge qui est plutôt du genre cynique… Bref, elle ne s’entend plus avec personne et constitue une bulle avec sa mère, qui implose quand elle réalise qu’il y a quelque chose qui cloche…

J’adore toujours autant l’écriture d’Agnès Laroche (déjà lue sur ce blog avec Le fantôme de Sarah Fisher, La vie dure trois minutes, Better World, Deux sur la balance…). Cela se lit tout seul, c’est très fluide et il y a du suspense. Chaque chapitre termine sur un ‘cliffhanger’, ce qui fait qu’on a du mal à décrocher et à poser le livre avant de l’avoir terminé. J’ai dévoré ces 215 pages bien rapidement, juste pour savoir comment cela allait se terminer… J’ai beaucoup aimé le retournement de situation et les personnages secondaires. On est vraiment dans la tête d’Adèle, qui est parfois très perdue et perd pied. Agnès Laroche a écrit là un récit très bien construit, avec une héroïne attachante, des personnages secondaires tous différents qui apportent leur pierre au récit globalement crédible. Une très belle découverte !

Non répertorié sur Ricochet, je dirais à partir de 13/14 ans.

On en parle sur les blogs : Lire sous le tilleul, Les lectures de Mylène, Sophie lit, Des livres et Sharon

Extrait disponible depuis le site de l’éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s