Romans jeunesse

Au poil [roman]

AU POIL, par Sophie Adriansen (Magnard jeunesse, 2022, coll. La brève)

poilSalomé, surnommée Omé, est une ado qui commence à avoir des poils. Elle s’en moque royalement, mais pas son entourage : après une courte négociation, sa mère l’envoie se faire épiler, une habitude qu’a déjà Mafalda, sa meilleure amie. L’expérience est particulièrement douloureuse pour la jeune fille, ce qui l’amène à réfléchir : pourquoi au fait devrait-elle se débarrasser de ses poils ? Un voyage scolaire en Allemagne et une rencontre avec des femmes qui ne s’épilent pas et l’assument décide Omé : elle en fera autant, elle assumera sa pilosité. Mais saura-t-elle rester debout face aux jugements et aux regards des autres collégiens ?

Voici un court roman sur le corps féminin et le regard offert aux autres, par le témoignage d’une adolescente de troisième. Facile à lire, ce texte interroge avec humour sur l’influence de la  pages, société sur la puberté, le regard des autres, l’image de soi et l’éveil du corps. C’est très court, environ 80 pages, mais c’est intéressant, car le sujet n’est pas fréquent du tout en littérature jeunesse, même si on observe depuis quelques temps de plus en plus de textes pour casser les préjugés et pour l’émancipation des filles. Ici, on a le récit d’Omé, surnom de Salomé, élève de 3e qui va mener une réflexion sur sa pilosité qui ne la dérange pas, mais qui dérange vraiment sa mère, et questionne sa meilleure amie qui ne réfléchit pas aux raisons pour lesquelles elle s’épile. Au-delà de ce simple thème, cela aborde le rapport plus général au corps féminin (j’ai rapidement fait un lien avec le roman graphique Corps public). Il y a un parallèle avec les précieuses ridicules de Molière qui n’est pas toujours facile à suivre quand on ne connaît pas ou peu le texte. Je pense que c’est la partie qui plaira le moins aux élèves, mais en même temps c’est une bonne ouverture culturelle et cela montre aussi comment le texte de Molière est toujours d’actualité, des années après.

Dommage que l’héroïne soit une élève de 3e, car elle ne parvient pas vraiment à aller au bout de ses idées (il ne lui reste que quelques jours avant le brevet), mais c’est l’occasion pour elle d’au moins tenter de faire bouger les choses. Son meilleur ami se questionne aussi sur la relation qu’il pourrait avoir avec une fille poilue, on n’a donc pas que la vision d’une fille sur la pilosité féminine.

Ce texte très intéressant peut contribuer à faire changer les lignes, ce qui n’est pas mal en ces temps où les corps féminins sont parfois mis en avant de manière plus ou moins avantageuse sur des réseaux sociaux.  Le texte, très fluide, se lit aisément, mais personnellement j’ai juste eu du mal avec les prénoms, Omé et Thazar, pour le demi-frère de la narratrice, même si cela reste un détail… Enfin, il existe aussi une version audio du texte, lue par l’autrice, ce qui peut être intéressant à proposer à certains lecteurs…

Non mentionné sur Ricochet, je dirais à partir de 12/13 ans.

On en parle sur les blogs : La bibliothèque de Noukette, Les lectures d’Antigone, Les lectures de Mylène

1 réflexion au sujet de “Au poil [roman]”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s