BD

Le boiseleur, tome 1 : Les mains d’Illian

LE BOISELEUR, tome 1 : Les mains d’Illian, par Hubert (scénario) et Gaëlle Hersent (dessin) (Soleil, 2019, coll. Métamorphose)

boiseleurA Salidor, ville lointaine nichée sur sa presqu’île, les habitants sont passionnés d’oiseaux exotiques. Ils sont tous plus créatifs les uns que les autres pour avoir l’oiseau au chant le plus rare, au plumage le plus beau… Illian est un jeune garçon qui entre en apprentissage chez un maître sculpteur, et il s’avère très doué pour sculpter de magnifiques cages, au point que le maître laisse travailler son élève, et l’exploite même en prolongeant ses journées tandis qu’il est plus dans le commerce. N’ayant pas assez d’argent pour lui-même posséder un de ces oiseaux qu’il chérit, Illian se met à sculpter un rossignol, de manière si réaliste que les habitants de la cité veulent désormais tous un exemplaire de cet oiseau dont il ne manque que le chant… C’est le début d’un engrenage pour Illian, loin de se douter qu’il va être à l’origine de la disparition des vrais oiseaux de la cité…

Aujourd’hui sur le blog, un album emprunté sur le seul nom du scénariste, Hubert, déjà bien connu dans le domaine de la BD (Peau d’homme, Miss pas touche…) et qui a disparu en 2020… Ici, on retrouve sa touche au niveau du scénario, avec une histoire d’un héros méconnu, injustement oublié mais très doué de ses mains. Exploité par son patron, il va aussi être à l’origine d’un changement de mentalités dans sa ville, et au final, ses objets de très bonne qualité vont remplacer ce qu’ils copiaient.

Certes, ce n’est qu’un tome 1, mais je pense qu’il n’y aura pas de tome 2, le scénariste étant décédé entre temps. Le trait de Gaëlle Hersent est très beau, vraiment très agréable à regarder. Les presque 100 planches sont de toute beauté, et le lecteur qu’on est doit prendre le temps d’observer. Les personnages et les oiseaux sont presque vivants avec un trait très dynamique. Il n’y a pas énormément de bulles, parfois de simples cartouches (écrits en italique, et avec une police de caractère par contre pas hyper-lisible) nous racontent l’histoire, tels une voix off nous expliquant le contexte, les habitudes de la ville et retranscrit le bruit des oiseaux, communs ou plus rares… Parfois on  a des pleines pages, et on est totalement immergés dans l’histoire, tout comme quand on a des médaillons représentant différentes espèces d’oiseaux. On a aussi quelquefois des planches sans gaufrier, où les images se mêlent harmonieusement, et j’ai aussi aimé la planche où on a les différents étages d’une maison, avec les différents habitants et leur activité. C’est astucieux, et cela évite la redondance.

Au niveau des couleurs, les teintes sont globalement dans les tons chauds, marron, bordeaux et jaunes, sauf pour les oiseaux qui eux resplendissent de mille couleurs. On n’a pas leur son, mais on imagine assez facilement le bruit des pépiements et autres réjouissances de ces volatiles. L’ambiance est vraiment bien retranscrite.

Au final, cet album est vraiment bien fait : l’aspect graphique m’a totalement convaincue et j’ai aimé découvrir cette région lointaine fictive et cette histoire au final bien triste, qui laisse un Illian bien seul et une ville de Solidor vraiment changée à cause d’un changement d’esprit de ses habitants qui ne prennent plus soin de la faune qui était à leurs côtés. Scénaristiquement, on est dans un conte, comme Hubert savait si bien les écrire, et le tout est chapitré, entrecoupé par des pages blanches d’un côté, noir de l’autre.

Voici donc un beau coup de cœur, que je n’avais pas vu passer sur mes réseaux habituels lors de sa sortie il y a trois ans… Cela aurait été dommage de ne pas se laisser tenter…

A partir de 10 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs :

Cet album participe à bd, et aujourd’hui c’est Noukette qui accueille les participants à ce rendez-vous hebdomadaire !

9 réflexions au sujet de “Le boiseleur, tome 1 : Les mains d’Illian”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s