Romans jeunesse

Espérance résistance [roman]

ESPÉRANCE RÉSISTANCE, par Juliette Keating (Magnard jeunesse, 2020, coll. Presto)

espéranceWassim vit avec ses parents à la cité de l’Espérance, que certains de ses habitants ont rebaptisé la cité du désespoir… En effet, entre les tours, se dressent des friches, anciens jardins familiaux aujourd’hui plus entretenus où des toxicomanes se regroupent, entre autres choses louches… Quand Wassim et ses amis apprennent que les jardins vont disparaître pour le projet d’un promoteur immobilier, à savoir des bureaux et un fast-food, leur sang ne fait qu’un tour et ils s’inspirent des méthodes de l’activiste Greta Thunberg pour empêcher que ces jardins disparaissent et ne bétonnent un peu plus leur quartier… Mais certains ne comprennent pas leur engagement et préféreraient recevoir une indemnisation pour leur jardin…

Encore un roman lu dans le cadre du boulot, et celui-ci fut très court ! En effet, cette collection « Presto » est constituée de textes courts. Ici, on est sur l’engagement de Wassim et de ses amis qui tentent d’empêcher un projet urbain et veulent garder la végétalisation de leur quartier. Il y a donc aussi une thématique environnementale, contre la bétonisation des villes. Wassim passe par tous les états : au départ une manifestation lors d’un marché, puis la discussion et l’échange avec les autorités compétentes (la mairie), puis énervé par l’inaction, il passerait à des actions moins légales si ses parents ne l’envoyaient pas passer une semaine de vacances chez sa grand-mère qui va lui en apprendre sur ces jardins et sa famille…

Bon, ce format court est quand même assez frustrant, trop léger pour moi. Il plaira aux petits lecteurs voire même aux réfractaires, mais pour ceux qui aiment lire (oui, oui cela existe encore, même si l’espèce est en voie de disparition…), cela risque d’être un peu juste. Mais c’est aussi la collection qui veut ça (déjà lus sur ce blog : Ma story, Lâche-moi !, Le mauvais exemple)

Par contre, ce texte incite au dialogue, à l’argumentation et à l’engagement, c’est pas mal et pas vraiment fréquent en littérature jeunesse. Par contre, j’ai trouvé que le sujet allait peut-être bien peu concerner nos collégiens ruraux qui ne savent certainement pas ce que sont des jardins ouvriers et ne vivent pas du tout dans ce genre de quartier… Par contre, cela leur montrera qu’il est possible (et même fortement conseillé !) de s’engager et de vouloir changer les choses… Bref, un texte un peu original, mais qui ne me marquera sans doute pas bien longtemps, malheureusement…

A partir de 10 ans selon Ricochet.

On en parle sur les blogs : Capocapesdoc, Vivre livre, A propos de livres, Stemilou, La pomme qui rougit, Les pages qui tournent

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s