Romans jeunesse

L’enfant du séisme [roman]

L’ENFANT DU SÉISME, par Sophie Noël (Oskar, 2015, coll. société)

séisme

Flore vit en banlieue parisienne avec son père et sa mère. Elle sait depuis toujours qu’elle a été adoptée en Haïti, car sa mère « de ventre », comme elle dit, ne pouvait pas la garder. Depuis quelques temps, elle sait aussi qu’une petite sœur prénommée Alexandra, originaire du même pays qu’elle, va les rejoindre. Elle est très heureuse, d’autant plus que sa meilleure copine Madeleine va elle aussi devenir grande sœur prochainement… Mais l’attente est longue pour la fillette, d’autant plus que le terrible séisme de janvier 2010 va retarder les plans de la famille…  Flore se questionne sur ces affaires de « grands »…

Lire la suite « L’enfant du séisme [roman] »

BD fait de société, BD historique

Muchacho tome 2

MUCHACHO, tome 2, par Emmanuel Lepage (Dupuis, 2006, coll. Aire libre)

Suite et fin du tome 1. Après avoir vu la vraie vie dans un village du Nicaragua, Gabriel le séminariste doute de plus en plus de sa vocation de prêtre et remet en cause tout ce qu’on lui a appris : il prend fait et cause pour les paysans du villages, opposants au régime, qui deviennent ses amis. Mais lorsque les militaires massacrent une partie du village, c’est le début de la fuite dans la forêt et les montagnes. Pour Gabriel, ce sera aussi la découverte de lui-même au cœur d’un univers hostile. La survie dans la jungle n’est pas facile, mais il est aidé par ses compagnons. Cependant, lorsque cela se sait qu’il est le fils d’un des dirigeants de la junte, le comportement de certains camarades change. La fuite du groupe de révolutionnaires, poursuivis par les militaires dans la jungle hostile, s’avère être une course sans but, sans espoir de sauver sa peau.

Après avoir bien aimé le premier tome, sans avoir tout compris de l’histoire du Nicaragua dans les années 1970, j’ai poursuivi avec le deuxième volume. Il y a un parallèle impressionnant entre les deux couvertures : dans la première, Gabriel est dans sa tenue de prêtre, avec la croix en arrière plan, alors que dans ce second tome, malgré la même position, il est avec une chemise militaire ouverte, a une balafre sur le visage, porte un collier avec une croix en pendentif, et en arrière plan des branches pour représenter la jungle amazonienne, sur un fond rouge sang pour la violence des militaires. On voit aussi que son visage s’est durci, qu’il a vieilli, fait moins naïf et candide que dans le premier tome. Cela démontre le changement qui s’est produit chez Gabriel, qui change complètement, découvre les autres et lui-même, troquant crayons et peinture pour des armes. Il va découvrir aussi l’amour avec un homme, un combattant comme lui, un anglais acquis à la cause nicaraguayenne, et cela va remettre en cause toutes ses idées. Ses sentiments prennent le pas sur ses idées, et il va grandir d’un coup, entrer de façon brutale dans un monde d’adultes. L’histoire globalement est assez violente, par exemple lorsque les militaires investissent le village et se mettent à la poursuite des révolutionnaires. La nature hostile n’apaise pas du tout l’histoire. Par contre, les couleurs sont magnifiques, très travaillées, avec beaucoup de détails. Le vert est omniprésent et constitue la majeure partie de l’album qui se déroule dans la jungle. Il y a aussi d’autres planches à majorité bleu ou jaune, réellement de toute beauté. Cela donne une ambiance particulière à cet album. Le dessin est très détaillé, avec des changements de cadrage pour donner une dynamique au récit et montrer tout le talent et la maîtrise graphique et scénaristique de l’auteur. Muchacho est une histoire complexe et riche, qu’il faudrait relire pour en saisir toutes les subtilités. J’ai passé un bon moment avec cette histoire d’hommes engagés qui se battent pour leurs idées, sur une histoire nicaraguayenne méconnue des européens que nous sommes…

A partir de 15 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Livrons-nous, PhylactèresAltersexualité, Climaginaire, Underground society

Quelques planches à voir sur Izneo.

Cet album fait partie du challenge « Les ignorants » de Kikine.

BD fait de société, BD historique

Muchacho, tome 1

MUCHACHO, tome 1, par Emmanuel Lepage (Dargaud, 2004, coll. Aire libre)

Novembre 1976, au Nicaragua. Accompagné de Joaquin, Gabriel de la Serna, un jeune séminariste, se rend à San Juan auprès du père Ruben. Le jeune homme est doté d’un sacré talent de peintre et dessinateur, et a pour mission de décorer un mur de l’église, mais ses dessins manquent de vie pour Ruben. Il lui conseille alors de dessiner les gens de San Juan tels qu’ils sont, et Gabriel se décide donc à observer les habitants de ce village. Il va alors découvrir qui ils sont vraiment, mais aussi la répression militaire exercée contre les habitants… Il faut dire que Gabriel a un statut particulier, car il est le fils d’une famille dirigeante de la dictature et donc n’est donc pas accepté d’un claquement de doigts par les locaux : il va lui falloir faire preuve de beaucoup de patience pour que les villageois ne le mettent pas de côté, et ne voient plus en lui le fils de son père mais un jeune homme plein de sensibilité et de compréhension… En tout cas, cette vraie vie loin de la capitale va être une véritable gifle pour le jeune homme qui découvre la vraie vie…

Il s’agit là de la première partie d’un diptyque sur un jeune religieux qui n’a pas encore prononcé ses vœux, et qui se rend dans une commune isolée du Nicaragua pour y remplir sa mission de peintre. Citadin et fils d’une famille dirigeante, ce séjour en campagne chez des gens « normaux » lui permet de se rendre compte de ce qu’est le pays en réalité : la répression militaire contre les opposants est féroce et la vie en communauté n’est pas si simple non plus. Il n’est pas très bavard, très intérieur, et n’est pas forcément attachant, mais c’est intéressant de découvrir le pays à travers ses yeux. En effet, je ne connais pas du tout le Nicaragua ni son histoire, alors il m’a sûrement manqué des clés de lecture et de compréhension pour mieux saisir cet album très riche. Par contre, j’ai trouvé l’album très travaillé, avec des couleurs tout en nuance, des traits très détaillés. Les décors ne sont pas simplifiés, chaque case est un bonheur à regarder, et les couleurs chaudes utilisées nous plongent vraiment dans ce pays où le régime répressif est fort. La couverture est déjà simplement magnifique, même si elle ne présente que le personnage central de cette histoire, mais elle démontre simplement le grand talent du dessinateur. L’histoire est quant à elle complexe, comportant des non-dits que je n’ai pas compris du premier coup (il y a pas mal d’allusions qui ne sont pas expliquées tout de suite, comme par exemple les confiscations des briquets), mais cela démontre la richesse et la complexité du scénario. J’ai fait pas mal d’allers-retours dans l’album pour pouvoir suivre le fil de l’histoire, mais je n’ai pas trouvé ça désagréable, c’est juste qu’il faut être suffisamment concentré pour suivre cette histoire. A voir comment le tome 2 va évoluer, mais je ne doute pas qu’il soit aussi bien que le premier !

A partir de 15 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Pause Kikine, Coeur de libraire, Depuis le cadre de ma fenêtre, Bdouille

Premières pages à lire sur Izneo.

Cet album fait partie du challenge « Les ignorants » de Kikine.