Un maillot pour l’Algérie

UN MAILLOT POUR L’ALGÉRIE, par Kris et Bertrand Galic (scénario), Javi Rey (dessin) (Dupuis, 2016, coll. Aire libre)

maillotEn 1945, alors que la France fête l’armistice qui vient d’être signée, en Algérie, on manifeste contre la présence des colonisateurs français. Le jeune Rachid et ses amis vivent ces moments sans trop se rendre compte de ce qui se passe. Très doués au football, ils sont repérés par des agents français, et en 1958, alors que la guerre d’indépendance de l’Algérie a commencé depuis 4 ans, ils jouent dans des clubs français et s’apprêtent à jouer sous le maillot français lors de la coupe du monde. Mais deux mois avant la date, contactés par le FLN en France, les joueurs algériens les plus doués quittent la métropole, désertent, pour créer la première équipe nationale d’Algérie… Ils vont s’entraîner tous ensemble en Tunisie, puis partir en tournée en Europe de l’est puis en Russie. Leur objectif est d’obtenir la paix par le sport, et de faire accepter l’Algérie en tant que pays… Lire la suite

Publicités

La grande évasion, tome 5 : Diên Biên Phu

LA GRANDE ÉVASION, tome 5 : DIÊN BIÊN PHU, par Thierry Gloris (scénario) et Erwan Le Saëc (dessin) (Delcourt, 2013, coll. Conqusitador)

1954, la France est en train de perdre la guerre d’Indochine. L’armée française est de plus en plus encerclée par le VietMinh. Retranchée sur les collines de Diên Biên Phu au nord du pays, l’armée met en place une route pour ravitailler les hommes dans cet endroit hostile, mais si l’ennemi parvient à couper la route, c’en sera fini de cette région coloniale française. Certains militaires français, légionnaires d’origine allemande, parachutiste normand ou engagé originaire du Maghreb, ne veulent pas finir dans la nasse de Diên Biên Phu, et décident donc, pour refuser la défaite qui s’annonce, de tenter de percer la ligne ennemie, pour fuir cet enfer…

Voici un album historique dans cette série ayant pour thème en commun l’évasion. J’avais déjà lu le tome précédent (Fatman), et là, ce n’est pas du tout dans le même registre. Là, il y a un contexte historique réel, mais les auteurs prennent le soin de préciser que l’histoire demeure une fiction, au niveau des faits, des personnages et des suppositions. On suit l’histoire de plusieurs militaires, aux origines différentes, qui vont tenter de s’évader pour échapper à la défaite qui s’annonce. Cette évasion prend au final assez peu de place dans l’album, tout le début étant consacré à la vie des militaires, et à la mise en place du camp retranché dans les collines de Diên Biên Phu. Malgré le fait que je ne crois pas avoir tout saisi, car les passages alternent trop entre les différents personnages pour pouvoir s’y attacher, j’ai trouvé que cet album retranscrit bien l’enfer de la guerre, dans un pays inconnu pour beaucoup de soldats , et le scénariste ne veut pas dissimuler la violence du conflit, l’usage des lance-flammes et autres ‘techniques’ effroyables de guerre. La fin de l’histoire montre bien le côté impitoyable de la guerre, où au final aucune issue n’est possible. Historiquement, on le sait, Diên Biên Phu fut une sacrée défaite pour l’armée française et a constitué le début de la fin pour l’empire colonial français. Concernant le dessin, il n’est pas désagréable, mais j’ai eu du mal quelquefois avec son côté peut-être un peu trop lisse, et il m’a été parfois difficile de distinguer les deux camps de belligérants. Les couleurs réhaussent agréablement le dessin, avec des tons chauds. Bref, c’est un album qui plaira à ceux qui aiment les films et albums de guerre, pour les autres, vous pouvez sans conteste passer votre chemin.

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Le blog BD de Madmoizelle, Samba BD, Krinein,

Plus d’infos historiques sur le siège de Diên Biên Phu (du 3 février au 7 mai 1954) sur le site Herodote.net.