Puisqu’il faut des hommes

PUISQU’IL FAUT DES HOMMES : JOSEPH, par Philippe Pelaez (scénario) et Victor L. Pinel (dessin et couleurs) (Bamboo, 2020, coll. Grand angle)

006952369Début des années 1960, quelque part en Mayenne, près de Château-Gontier et de Laval, Joseph Fournier revient chez lui après 28 mois en tant qu’engagé dans la guerre d’Algérie. Il a toujours raconté qu’il travaillait à l’état-major, donc qu’il aurait vécu la guerre dans un bureau. Ce n’est pas comme les autres jeunes hommes de la commune, dont 3 sont déjà morts là-bas. Seul Michel, le fils du cafetier, est encore vivant… Joseph passe pour un planqué aux yeux du village, alors que son frère, coureur cycliste à l’avenir prometteur, est coincé dans un fauteuil roulant et que le père refuse d’utiliser un tracteur qui lui simplifierait les travux agricoles… Pas facile pour lui de retrouver une place dans cette famille et ce village… Lire la suite

La dictature nous avait jetés là [roman]

LA DICTATURE NOUS AVAIT JETÉS LÀ, par Maria Poblete (Actes sud junior, 2018)

Septembre 1973, le général Pinochet prend le pouvoir au Chili, en renversant le président élu trois ans auparavant Salvador Allende. Pour Maria, 9 ans, qui vit dans un paisible quartier de Santiago avec ses parents, ses deux soeurs et sa grand-mère Yayita, ce changement de pouvoir est rapidement visible : les militaires ont envahi les rues, avec leurs habits vert kaki, leurs crocs, leurs baïonnettes et leurs mitraillettes. Issue d’un milieu intellectuel et cultivé (sa mère est une journaliste connue et est amie avec l’écrivaine Isabel Allende), Maria et sa famille vont parvenir à fuir le régime de la junte militaire, en se cachant, les enfants à la campagne, les parents dans une ambassade, avant de prendre l’avion pour la France. Là, il s’agit de refaire sa vie sans oublier ses racines. La jeune Maria tente de s’intégrer au mieux…

Lire la suite

Coquelicots d’Irak

COQUELICOTS D’IRAK, par Brigitte Findakly (scénario et couleurs) et Lewis Trondheim (scénario et dessin) (L’association, 2016)

Autobiographie de Brigitte Findakly, née d’un père irakien et d’une mère française qui se sont rencontrés pendant les études du jeune homme, sur un quai de gare, à Paris. Née à la fin des années 1950, la jeune Brigitte a grandi dans le pays de son père, a exploré les richesses architecturales du pays avant que celles-ci ne subissent la guerre

Lire la suite

La drôle de vie de Bibow Bradley

LA DRÔLE DE VIE DE BIBOW BRADLEY, par Nicolaï Pinheiro (Sarbacane, 2016), adapté d’un roman d’Axl Cendres paru chez Sarbacane.

bibowAngleterre, 1996. Un homme se rend dans un pub et commence à dérouler son histoire, depuis son enfance après guerre dans un trou pourri de l’Illinois jusqu’à sa participation à la guerre du Vietnam et son implication dans des missions de la CIA qui l’ont conduit à Moscou ou encore à Woodstock, suite à son absence de peur…

Lire la suite

La drôle de vie de Bibow Bradley [roman]

LA DRÔLE DE VIE DE BIBOW BRADLEY, par Axl Cendres (Sarbacane, 2012, coll. Exprim)

bibow.jpgDans les années 1960, Robert Bradley, 3e du nom, est surnommé Bibow par sa famille. Il vit dans un trou perdu des Etats-Unis, et son père et son grand-père tiennent le bar de la commune. Chez les Bradley, on considère que l’école ne sert à rien, d’ailleurs, comme ses ascendants, Bibow prendra la suite du bar familial, enfin c’est qu’on lui dit… Parmi tous ces nazes comme il les appelle, Bibow doit trouver sa place. Mais il n’a qu’un souhait, quitter son trou paumé pour voir le monde et vivre sa vie… Quand l’armée l’appelle à sa majorité, il part faire son service militaire alors que la guerre fait rage au Vietnam. Après sa formation, il va voir du pays… C’est là qu’il va découvrir qu’il n’est pas complètement comme les autres.

Lire la suite

L’odyssée d’Hakim, tome 1

L’ODYSSÉE d’HAKIM, tome 1 : DE LA SYRIE À LA TURQUIE, par Fabien Toulmé (Delcourt, 2018, coll. Encrages)

odyssee.jpg

Récit du voyage d’Hakim, syrien issu d’une famille normale. Jardinier comme son père, il a réussi à monter sa pépinière et commence juste à voir apparaître le fruit de son travail quand le printemps arabe se produit et que les Syriens, comme les Egyptiens, les Tunisiens et les Lybiens manifestent pour plus de liberté… Mais en Syrie, la réaction du régime au pouvoir est ultra-violente : arrestations et tortures deviennent le lot quotidien. Hakim, qui a aidé un manifestant, a été arrêté, puis libéré. Son entreprise a été réquisitionnée par l’armée, et il perd aussi son appartement tout neuf dans un quartier de Damas connu comme favorable à la rébellion. Ses parents lui demandent alors de quitter le pays, craignant pour sa vie, en souhaitant que cela ne soit que provisoire… Il se rend d’abord au Liban voisin, chez un ami, puis n’y trouvant pas de travail, décide d’aller à Amman en Jordanie chez des cousins, avant de se rendre en Turquie…

Lire la suite

Bergères guerrières, tome 1

BERGERES GUERRIERES, tome 1 : LA RELÈVE, par Jonathan Garnier (scénario) et Amélie Fléchais (dessin), (Glénat, 2017, coll. Tchô !)

Dans un monde lointain, vit une drôle de communauté : cela fait dix ans que les hommes en âge de se battre sont partis à la guerre,  à la limite du territoire, mais depuis, nul ne sait ce qu’ils sont devenus. Alors les femmes qui sont restées dans le village avec les enfants et les vieillards, se sont organisées et ont monté un groupe pour se défendre, qu’elles ont baptisé les « bergères guerrières ». Molly qui vit avec sa maman va pouvoir commencer son initiation pour faire partie de ce groupe qu’elle admire. Cela va nécessiter du temps et du courage pour affronter les épreuves que les instructrices préparent… Mais heureusement que Molly a des ami.e.s sur qui compter !

Lire la suite

Le dernier des Mohicans

LE DERNIER DES MOHICANS, par Cromwell (Soleil, 2010, coll. Noctambule), librement adapté du roman de James Fenimore Cooper.

dernier mohicansEn 1757, dans le Nouveau-Monde, la guerre est rude entre Français et Anglais qui se battent pour ce nouveau territoire, plein de promesses. Chacun s’attelle à nouer des alliances avec les populations locales, et la guerre n’en est que plus féroce. Du côté des Anglais, alors que quelques forts sont bien tenus, les deux filles du colonel Munro qui tient le fort William Henry, ont à cœur de rejoindre leur père, faisant fi des dangers qui les guettent.  Elles prennent donc la route, mais sont trahies par leur guide indien et frôlent la mort. C’est alors que Hawkeye et son fils acceptent de les escorter jusqu’à leur destination finale, mais le chemin s’avère là encore ponctué de dangers…

Lire la suite

Amère Russie 2

AMÈRE RUSSIE, tome 2 : LES COLOMBES DE GROZNY, par Aurélien Ducoudray (scénario) et Anlor (dessins et couleurs) (Bamboo, 2015, coll. Grand angle)

003754397Suite et fin du tome 1. La mère de Vlodia est toujours à la recherche de son fils militaire en Tchétchénie, en pleine guerre entre Russes et Tchétchènes. Elle se retrouve dans la capitale de la région, à Grozny, assiégée par les forces russes. Elle croit retrouver son fils, mais en fait ce n’est pas lui, mais un jeune militaire russe aveugle. Elle va tout de même l’aider à survivre dans cet enfer.

Je ne croyais pas du tout être captivée par cette histoire : le contexte ne me tentait pas du tout, et la couverture, même si elle est très jolie et intelligemment composée avec bon nombre de détails, ne me donnait pas envie de lire ce diptyque. J’ai bien fait d’aller au-delà de mes appréhensions, car j’ai beaucoup aimé cette histoire : le dessin est très vif, très joli. Les cases sont nombreuses, et l’histoire très dynamique. Quelques scènes sont particulièrement violentes, et cela est encore accentué quand le fond du gaufrier est noir. Mais en même temps, cet album ne relate pas une histoire de Bisounours mais un contexte de guerre, donc cela ne cloche pas du tout. Les personnages sont pour la plupart attachants, et en particulier le petit chien Milyi qui prend de plus en plus de place dans ce tome. Cette histoire en deux tomes, qui veut dénoncer la situation en Russie, avec les mères qui cherchent leur fils engagé dans l’armée, est ancrée dans l’actualité du début du XXIème siècle; en effet, à la toute fin de l’album, on peut voir une journaliste qui n’est autre qu’Anna Polikovskaia, journaliste assassinée devant chez elle à Moscou il y a quelques années. Amère Russie est pour moi une très bonne découverte, avec une histoire qui se lit très bien, alors que ce n’était pas gagné au départ, vu mes réticences.

A partir de 15 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs :

Premières planches à voir sur Izneo.

Amère Russie, tome 1 : Les Amazones de Bassaïev

AMÈRE RUSSIE, tome 1 : LES AMAZONES DE BASSAÏEV, par Aurélien Ducoudray (scénario) et Anlor (dessins et couleurs) (Bamboo, 2014, coll. Grand angle)

Quelque part en Russie, une famille se déchire lorsque le père est muté à la frontière de l’Ouzbékistan. Le fils unique, Volodia, aime jouer en bas de l’immeuble avec ses amis et son petit chien qu’il dresse à faire des tours. Quelques années plus tard, à la fin des années 1990, l’enfant a grandi et est devenu un jeune homme. Il effectue son service militaire en Tchétchénie et sa mère est très fière de lui, même si le fils donne bien peu de nouvelles. Un jour, elle apprend par son mari alcoolique dont elle est séparée que son cher Volodia est en réalité prisonnier dans la province du sud de la Russie. La rumeur court que Bassaïev, rebelle tchétchène, a promis de libérer des prisonniers si leurs mères viennent les chercher. Entendant cela, emmenant avec elle son petit chien et une photo récente de son fils, la mère se rend alors dans cette province en guerre pour retrouver son fils chéri, mais cela ne va pas s’avérer facile… Elle va rencontrer des combattantes redoutées par les militaires russes : les amazones, ainsi que des civils touchés par les combats.

Ce tome 1 d’un diptyque sur la Russie parle d’un sujet a priori peu attirant : le contexte me parle peu, et la Russie n’est pas un pays qui me tente vraiment. Bref, c’est le dessin qui m’a d’abord conquise, agrémenté de couleurs claires. Les personnages sont croqués de façon semi-réaliste, les décors sont plus ou moins détaillés selon les cases. Le découpage est dynamique, et je me suis laissée prendre à tourner les pages et à m’intéresser au destin de cette femme qui n’a plus que son fils comme unique but. Ensuite, le scénario est bien ficelé, et le personnage de la mère est très attachant, au-delà du contexte. On se prend de pitié pour elle, qui cherche uniquement à retrouver son fils et croit en la promesse du chef des rebelles. Le petit chien amène une touche de bonne humeur dans ce contexte bien sombre, où on se rend compte du traitement subi par les prisonniers russes, et de la situation plus que complexe pour les populations civiles en Tchétchénie. Je n’ai pas ressenti de réel manichéisme ou de sentiment anti-russe dans cet album, même si on a plus facilement tendance à se mettre du côté des populations civiles que militaires. L’aspect fratricide est abordé à travers quelques personnages, dont l’ascendance est à la fois russe et tchétchène, et on comprend l’absurdité d’un tel conflit. A la fin de cet album, je suis donc bien plus convaincue qu’au début. Cet album me confirme aussi que « Grand angle » est une collection de qualité, car je n’ai pas souvenir d’avoir été déçue par des titres de cette collection. Maintenant, il ne me reste plus qu’à trouver la suite !

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Chroniques de l’invisible, Vu des yeux d’OliBD, Samba BD, Un amour de BD, Les chroniques de Madoka, Theatrum belli

Premières planches à lire sur Izneo.

Cet album participe à , cette semaine chez Yaneck.