Direct du coeur [roman]

DIRECT DU COEUR, par Florence Medina (Magnard jeunesse, 2018, coll. M.)

directTim est un lycéen qui ne travaille pas spécialement. D’ailleurs, ses notes ont chuté en seconde, et sa mère, célibataire, craint (déjà) pour son bac. Pour éviter l’échec lors de l’examen, elle l’a inscrit à une option dès la première, option qui est censée lui rapporter des points pour obtenir le précieux sésame. Mais comme l’option cinéma était déjà pleine et celle sur l’overboard inexistante, à son grand désespoir, il a été inscrit au cours de LSF, un acronyme totalement inconnu pour lui. Et pour rajouter à son malheur, les cours ont lieu le vendredi de 16h30 à 18h30. Autant dire qu’il va falloir qu’il soit motivé pour s’y rendre… Mais la découverte du monde des sourds, avec une prof qui parvient à l’accrocher et à le motiver, va conduire Tim là où il n’aurait jamais cru…

Lire la suite

Boom [roman]

BOOM, par Julien Dufresne-Lami (Actes sud junior, 2018, coll. d’une seule voix)

boom

Etienne, fêtard, a pour meilleur ami Timothée, au caractère opposé au sien : gentil, bien éduqué, posé. En terminale, ils participent tous deux à un voyage scolaire à Londres, et la vie de Tim s’arrête sur un pont, fauché par une voiture conduite par un fou de Dieu. On suit Etienne qui parle à son ami disparu, cherche les mots et évoque l’absence, les souvenirs, les éclats de rire passés…

Lire la suite

T’arracher [roman]

T’ARRACHER, par Claudine Desmarteau (Thierry Magnier, 2017)

t'arracherLou a 17 ans, et vient de se faire larguer. Son chagrin d’amour l’amène au plus profond du désespoir. Elle n’accepte pas la situation et n’est obsédée que par Lui, son ex, qui l’ignore totalement, qui poste sur son mur Facebook des photos de ses nouvelles conquêtes, alors qu’elle se morfond, et ne voit aucun avenir ou espoir à sa vie… Alors que la vie suit son cours, Lou, en terminale ES, doit s’inscrire à APB… Mais c’est le dernier de ses soucis, et la pression parentale ne fait qu’accentuer le malaise de la  jeune fille, qui préfère les fêtes et fumer…

Lire la suite

Ma réputation [roman]

MA RÉPUTATION, par Gaël Aymon (Actes sud junior, 2013)

ma réputationLaura, quinze ans, est une lycéenne qui préfère la compagnie des garçons à celle des filles. Elle fait partie d’une bande de potes composée de Théo, Sofiane et Jimmy. Tout se passe bien jusqu’au jour où Sofiane tente de l’embrasser et qu’elle refuse ses avances. Pour se venger, Sofiane publie une photo de Laura sur un réseau social, et le déchaînement commence pour Laura, qui va essuyer bon nombre d’insultes et de rumeurs en tout genre… De plus en plus isolée, Laura évite tout contact avec les autres lycéens, et déjeune dans un couloir, où quelqu’un d’autre prend aussi son repas… C’est Joséphine, elle aussi très solitaire, qui va l’aider à sortir de cette situation inextricable de harcèlement… Lire la suite

La vague

LA VAGUE, par Stefani Kampmann (Jean-Claude Gawsewitch éditeur, 2009)

Au lycée Gordon, un professeur d’histoire étudie la période nazie avec ses élèves. Pour tenter de leur faire comprendre comment les allemands ont suivi Hitler, et comment une minorité a pu vouloir gouverner le monde, l’enseignant met au point une expérience, qui va parfois le griser mais aussi et surtout le dépasser. Une communauté, dénommée « La Vague », se met en place : son chef est le prof d’histoire, son symbole, une vague, est  porté par ses adhérents sur la poitrine… Bientôt, tous les lycéens ou presque adhèrent au mouvement, et ceux qui osent penser par eux-mêmes sont exclus des activités de l’établissement… La violence s’impose peu à peu, et La Vague sème la discorde entre des jeunes auparavant amis…

La vague est un roman graphique de 171 pages adapté du roman éponyme de Todd Strasser, et il existe aussi un film du même nom, sorti lui aussi en 2009. J’ai vu le film il y a deux ou trois ans, et je peux dire que j’ai préféré l’adaptation cinématographique à celle en bande dessinée. En effet, dans l’album, la soumission des élèves fait vraiment trop facile, personne ou presque dans la classe ne se pose de questions (sauf celle qui contribue au journal de l’école), et ils adhèrent presque tous du premier coup à la proposition de leur enseignant. J’ai trouvé le scénario trop haché, trop superficiel, manquant de subtilités, pour me faire croire que cette histoire a véritablement existé (alors que ça avait été l’inverse avec le film). Le film était plus subtil, même s’il allait plus dans le spectaculaire, avec les activités du groupe. Ici, dans la BD, l’action se déroule principalement dans l’établissement, ainsi qu’au domicile de l’enseignant. Je n’ai donc pas été emballée par cet album, d’autant plus que je n’ai pas spécialement aimé le trait de l’allemande Stefani Kampmann, surtout ses portraits, parfois déformés. Il est aussi dommage d’avoir utilisé un lettrage informatique, qui ne confère aucune ‘âme’ au texte… Par contre, l’usage du noir et blanc ainsi que des teintes de gris est tout à fait adapté à une telle histoire qui se noircit au fur et à mesure et dont on se demande comment l’adulte responsable va faire pour s’en sortir. Bref, avis très mitigé. Privilégiez le film (ou le roman original), car ce qui est décrit fait véritablement froid dans le dos !

Non mentionné sur l@BD.

On en parle sur les blogs : Le terrier de Chiffonnette, L’accro des livres, La bibliothèque du Dolmen, Sur les traces du chat

La bande annonce du film :

Idylles, mensonges et compagnie

IDYLLES, MENSONGES ET COMPAGNIE, par Agnès Niedercorn (Calmann-Lévy, 2010)

Bohémond quitte sa petite commune de ‘province’ pour arriver à Paris avec ses parents et sa sœur. Il entre en 1ère au lycée Alexandre-Dumas, qui est dirigé par un nouveau proviseur. Chloé quant à elle sort avec Mehdi depuis quelques semaines. Joséphine la rousse, Noam avec son secret et la belle Silia vont aussi faire leur rentrée en 1ère.

A chaque chapitre, on change de personnage principal, et les chapitres s’entrecroisent. Les préoccupations des ados sont parfois futiles, et chacun au fil du temps va se découvrir… Les téléphones portables et les ordinateurs jouent un rôle non négligeable dans les relations qu’entretiennent ces jeunes, et cela amène parfois à des méprises… La fin en tout cas est surprenante !

Ce roman a reçu le prix 2010 Nouveau Talent  Bouygues Télécom, qui récompense un premier roman intégrant du langage sms ou des messageries instantanées. Ce roman n’est pas complètement écrit en langage sms (ouf, ça aurait été quelque peu compliqué à lire !), mais les textes des ados sont reproduits sous leur version originale, avec l’incompréhension qui peut parfois exister pour des lecteurs qui n’ont pas grandi avec tous ces outils de communication (je ne suis pas dans ce cas je pense). Pour moi, c’est juste quelque peu déroutant de trouver des raccourcis orthographiques dans un roman, mais cela contribue à la rendre plus réaliste).

Je pense que ce roman intéressera bien les lycéens, puisqu’il reprend leur quotidien, mais parfois il se veut trop scolaire (par exemple lors de l’explication des TPE ou d’éléments du lycée…) et quelque peu irréaliste (certains termes utilisés lors des dialogues sont d’un langage trop soutenu pour être vraiment utilisés). Bref, ce n’est pas un coup de coeur, c’est gentillet mais sans plus…

Un peu plus âgés, passez votre chemin, les préoccupations des lycéens vous sembleront vraiment trop légères pour vous arrêter sur ce roman…