BD engagée

Rural !

RURAL ! CHRONIQUE D’UNE COLLISION POLITIQUE, par Etienne Davodeau (Delcourt, 2001)

https://i0.wp.com/media.leslibraires.fr/media/attachments/large/7/2/1/000789721.jpgEn l’an 2000, dans un joli coin de campagne de l’ouest de la France, alors que des agriculteurs se sont mis au bio depuis quelques années et qu’une famille est installée dans une grande maison retapée, une autoroute est en train de se construire à proximité. La famille va être expropriée, et les agriculteurs être confrontés au remembrement.

Habitant tout près, Etienne Davodeau les suit pendant un an, et partage avec eux leurs doutes et leurs questions. Avec ce reportage en BD, il décrit la vie de la ferme, les traites et les travaux dans les champs… Il est également amené à rencontrer des protagonistes qui ont lutté contre l’autoroute et/ou son tracé. Il expose les enjeux politiques qui ont amené au tracé définitif. C’est résolument un album engagé, dans lequel Davodeau utilise parfois le ton ironique pour faire comprendre ce qu’il pense de cette langue de route au milieu des vignes du Layon… Le trait est assez simple mais également travaillé. (Je préfère quand même celui de Lulu…) Le noir et blanc n’est aucunement un obstacle à la compréhension, il est même très digeste. Rural ! est un très bon album militant, étayé avec des coupures de presse d’époque, et préfacé par José Bové, à l’époque porte-parole de la Confédération Paysanne.

Etrangement (ou pas finalement), ça fait réfléchir quand on est sur une autoroute et en particulier sur cette autoroute du sud du Maine-et-Loire… Perso j’adore cet album que j’ai relu pour l’occasion (mais aussi les autres albums de cet auteur, vous l’aurez compris !!). A mettre entre toutes les mains, à partir de 15 ans selon le site BD du CNDP.

On en parle aussi sur le blog de Yaneck, sur Notembulles, sur Aproposdelivres.

A noter enfin qu’Etienne Davodeau a participé au second tome d’En chemin elle rencontre, sorti mi-février 2011 et dont j’avais chroniqué le tome 1 sur ce blog. J’ai hâte de voir ce que ça va donner ! Quelques infos sur ce nouvel album  sur le site de l’éditeur.

BD historique

Un homme est mort

UN HOMME EST MORT, par Etienne Davodeau et Kris (Futuropolis, 2006)

un-homme-est-mort.jpg 1950, du côté de Brest, la ville n’est pas encore reconstruite, et des milliers d’ouvriers s’affairent sur les chantiers. Mal-logés, la grogne monte, attisée par les syndicats très présents. Les manifestants se retrouvent alors face à la police, qui fait feu sur eux. Bilan : beaucoup de blessés et un homme mort, Edouard Mazé, tué d’une balle en pleine tête.. Dès le lendemain, un cinéaste, René Vautier, est appelé par la CGT pour réaliser un documentaire sur ce mouvement qui s’est terminé tragiquement. Tourné sans son, sans commentaire et clandestinement, ce film va être projeté sur les piquets de grève près de 150 fois, accompagné du poème d’Eluard dédié au résistant Gabriel Péri : « un homme est mort ». Au bout de ce grand nombre de diffusion, la bobine disparaît, désagrégée. Il ne reste plus de témoignage filmé de cette mort tragique.

Voici un livre sur un film qui n’existe plus physiquement, mais uniquement dans les mémoires de ceux qui ont vécu ce mouvement ouvrier. En partant des souvenirs de René Vautier, le scénariste Kris et le dessinateur et coloriste Etienne Davodeau retracent les évènements oubliés de Brest au milieu du XXe siècle : à la fois la mort d’un ouvrier, mais aussi la reconstruction d’une ville bombardée pendant le guerre, et les mouvements lancés pour lutter contre cette misère.
Le dessin est reconnaissable parmi mille, les couleurs dans les marron-ocre teintés de bleu (et parfois de rouge) font penser aux vieux films et aux vieilles photos jaunies. L’album se termine par un dossier documentaire de 16 pages richement illustrées, alternant interviews des protagonistes, explications sur la ville de Brest en 1950, et apport du scénariste sur la création de ce livre.
Un album très instructif sur un sujet méconnu, le cinéma militant et le syndicalisme d’après-guerre. Même si le sujet ne semble pas ‘palpitant’, on se laisse quand même entraîner dans cette histoire, peut-être puisqu’on sait qu’elle est vraie. Les personnages sont attachants, et on comprend leur combat à cette époque difficile. Cet album est vraiment original, et à conseiller à toute personne, même non-lectrice de BD !

A partir de 15 ans d’après le site L@BD.

Voir la fiche consacrée à l’album sur le site de l’éditeur Futuropolis.

Voir aussi la vidéo de la conférence de René Vautier et du scénariste Kris, autour de la BD, lors d’un salon à Penmarch en Bretagne en 2007.

La BD continue à vivre sous forme de BDconcert, avec le même titre. Il s’agit d’une « mise en mouvement des dessins de l’album, accompagnée d’une partition musicale » spécialement composée pour l’occasion. C’est donc une « réinterprétation inédite, visuelle et sonore ». Voir la bande annonce sur Dailymotion.