BD polar

La Mondaine, tome 2

LA MONDAINE, tome 2 par Zidrou (scénariste) et Jordi Lafebre (dessin et couleurs) (Dargaud, 2014)

Suite du tome 1. 1942. Voilà cinq ans qu’Aimé Louzeau travaille à la brigade parisienne des mœurs. Professionnellement, il participe à la collaboration avec l’occupant, comme toute la police parisienne et mène son enquête pour retrouver Eeva la tahitienne arrêtée en 1937 lors d’un effeuillage… Personnellement, sa situation est compliquée : il entretient des relations avec Valentine, une prostituée qui ne veut pas s’engager avec lui, et par dépit, demande à sa concierge transie d’amour pour lui de l’épouser. Mais ses plans vont totalement changer lorsqu’il va retrouver la trace d’Eeva… Ses relations avec les femmes sont bien compliquées…

Voilà la fin du diptyque écrit et dessiné par les mêmes auteurs que Lydie. Je ne sais quoi penser de cet album, que j’ai trouvé plus décousu et aussi plus noir que le premier. Peut-être aurais-je dû relire le volume 1 pour me faire une idée plus globale de l’histoire. De nombreux propos sont abordés dans ce second volume : la relation entre Aimé et Valentine la prostituée, la situation difficile de la mère d’Aimé qui héberge son mari atteint de démence, la recherche d’Eeva, la collaboration de la police française avec l’occupant nazi avec la rafle du Vél d’Hiv, la pression antisémite de plus en plus forte… Beaucoup de thématiques, qui parfois se croisent, mais au final je sors de cette lecture un peu dubitative : qu’a-t-on voulu faire passer comme message ? J’ai une impression confuse sur cet album, à cause du trop grand nombre de thèmes. Cependant, j’ai été touchée par plusieurs d’entre eux : la rafle du Vel d’Hiv et Valentine qui retrouve un Aimé rancunier qui ne va pas bouger le petit doigt pour l’aider à sortir avec sa fille de cet enfer, la relation entre la mère et le père d’Aimé se terminant tragiquement… Mais je n’ai pas bien compris ce que venaient faire dans l’histoire le docteur Gheldman et sa famille, un exemple supplémentaire de personnes raflées au Vel d’Hiv…  Enfin, la fin de l’album m’a encore déconcertée, avec un épilogue qui laisse à penser que les personnages ont existé… J’adore cependant toujours autant les dessins, qui nous transportent dans une autre époque et une autre ambiance, et sont si réalistes et expressifs au niveau des portraits. Au final, je suis circonspecte quant à cet album, au dessin et aux couleurs certes magnifiques, mais au scénario un peu trop décousu pour moi…

A partir de 15 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : La bibliothèque de Noukette, Un amour de BDBulles et onomatopées, Les sentiers de l’imaginaire, D’une berge à l’autreBouquinovore

Premières planches à lire sur Izneo.

Aller voir du côté du blog de Jordi Lafebre.

BD polar

La mondaine, tome 1

LA MONDAINE, tome 1, par Zidrou (scénario) et Jordi Lafebre (dessin) (Dargaud, 2014)

1944, à Paris, Aimé Louzeau est inspecteur à « la Mondaine », la brigade des mœurs, et est coincé dans un refuge pendant un bombardement allié, juste après avoir arrêté une prostituée. Retour en 1937, alors qu’Aimé vient d’être nommé dans ce service si particulier de la police de Paris, localisé au 36 quai des Orfèvres. Célibataire vivant chez sa mère avec une servante, il va découvrir des méthodes peu orthodoxes d’interrogatoire et des histoires plus glauques les unes des autres. Agneau innocent, il va plonger dans un monde jusque là inconnu pour lui, entre maquereaux et prostituées, virées à vélo avec le chef du service… Sa vie n’était déjà pas simple au départ : son père était un prêtre défroqué, depuis à l’asile. Aimé va découvrir la vie mouvementée de la Mondaine, à des lieues de sa vie personnelle.

Quel album ! Mais pourquoi donc ne l’ai-je pas lu plus tôt ? Je l’ai dévoré d’une traite, et maintenant j’attends impatiemment que la bibliothèque acquiert le second volume… Ce fut une joie de retrouver le duo gagnant de Lydie, avec un scénario toujours aux petits oignons, mêlant humour, délicatesse et bons mots, et un dessin magnifique, avec juste ce qu’il faut de réalisme mais aussi d’humour, servi par des couleurs très représentatives de l’époque. Le personnage d’Aimé est attachant, homme pur et innocent au milieu d’hommes qui sont parfois loin des enfants de chœur, même s’ils cachent eux aussi leurs secrets. Aimé est propulsé dans cet univers inconnu, dans lequel les petits arrangements pas toujours très catholiques et les blagues rarement de bon goût sont monnaie courante. Le scénario de Zidrou est, comme toujours, très bien construit : plein de rythme, alternant les personnages typiques, et avec des dialogues extras. Bref, j’ai adoré l’histoire et quant au dessin, Jordi Lafèbre parvient à tracer des portraits hauts en couleur. Son trait vif donne une sacrée ambiance à ce Paris coquin des années 1930. Cette alliance du scénario et du dessin donne un album incontournable pour qui aime la bonne BD…

Pour les adultes selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Chroniques de l’invisible, La bibliothèque de Noukette, Positive rage, Un amour de BD, La ribambulle, Mille et une frasques

Premières planches à voir sur Izneo.

Une émission radiophonique en 4 épisodes sur l’histoire de la Mondaine est à écouter sur France Culture.