Double faute [roman]

DOUBLE FAUTE, par Isabelle Pandazopoulos (Gallimard jeunesse, 2016, coll. Scripto)

Ludovic et Ulysse, deux frères qui ont moins d’un an d’écart, sont entraînés par leur père depuis leur plus jeune âge pour devenir des champions de tennis. A 16 et 17 ans, et alors que Ludo est une étoile montante très prometteuse, Ulysse a arrêté la compétition suite à de nombreux problèmes physiques… Le père a reporté tous ses espoirs sur Ludovic, et passe son humeur sur tous les membres de la famille.  Mais la compétition est, elle, toujours bien présente entre les deux frères, Ulysse se sentant toujours inférieur à son grand frère à qui tout semble réussir… Jusqu’au jour où au lycée, un jour d’examen, Ulysse apprend que son frère a fait un AVC sur le court… C’est le début de la fin pour la famille toute entière qui s’écroule… Lire la suite

La chanson du nez cassé [roman]

LA CHANSON DU NEZ CASSÉ, par Arne Svingen (Magnard jeunesse, 2014)

chanson-nez-casseBart a 13 ans et vit seul avec sa mère, obèse, alcoolique et au chômage, dans un minuscule appartement d’une seule pièce. Né de père inconnu, il se questionne sur ses origines, et n’a obtenu de sa mère que le nom de son géniteur : John Jones. La situation familiale n’est pas rose, heureusement que sa grand-mère les aide un peu. Bart est du genre original : il aime l’opéra (alors que sa mère l’a inscrit à la boxe pour lui apprendre à se défendre), et d’ailleurs chante seul dans les toilettes de l’appartement pour ne déranger personne et ne pas avoir le trac. Un jour, des camarades l’entendent et lui demandent de participer à la fête du collège… Mais comme Bart perd sa voix lorsqu’il a le trac, il refuse tout d’abord avant de se raviser… Mais pour cela il va lui falloir combattre son angoisse… Lire la suite

Max Winson tome 2

MAX WINSON, tome 2 : L’ÉCHANGE, par Jérémie Moreau (Delcourt, 2015, coll. Encrages)

Suite du tome 1 et fin des aventures du plus grand joueur de tennis de tous les temps, célèbre pour ne jamais avoir perdu un match et qui avait disparu suite à la mort de son père. Seul, il décide de partir se mettre au vert dans un endroit inconnu, là où aucun média ne pourra le retrouver. Pendant six années, il vit aux côtés d’une ancienne gloire du tennis des années 1970, qui s’est reconvertie en entraîneur d’un jeune garçon, Pedro, issu d’une famille très modeste. Là, le jeune homme profite de la vie, joue au tennis simplement, sans pression. Jusqu’à ce que le petit garçon grandisse et affiche ses ambitions… Max va alors tout faire pour éloigner son protégé du star system, mais les appels sont trop forts…

Voici la fin du diptyque sportif du dessinateur du singe de Hartlepool. Dans ce second tome, il n’y a malheureusement pas de rappel de l’histoire du premier tome, mais de nombreux liens sont tissés avec faits dans l’histoire. J’ai eu un peu de mal à me rappeler tous les faits du tome 1, il aurait été préférable de lire les deux volumes à la suite. Dans ce tome, Max n’étant plus dans le circuit du tennis, on ne voit plus de match ‘officiel’, seulement quelques échanges. L’album est plus tourné vers l’aspect psychologique, avec des questionnements de l’ancienne star devenue adulte. C’est intéressant, même si les rebondissements ne sont pas bien fréquents. Par contre au niveau du dessin, on reconnait le trait particulier, original, un peu rapide dans certaines cases. Il n’y a toujours pas de couleurs, mais une palette de gris, qui fait un peu étrange au départ, mais les couleurs n’auraient certainement pas apporté grand-chose au récit. Le découpage des cases est par contre très dynamique, avec beaucoup de cases découpées en biais, pour donner du rythme. Il y a aussi quelques jolies planches entières. Enfin, la fin est originale, lorsque les joueurs prennent les spectateurs et les gérants du tennis de court. Max Winson est un bon diptyque même si ce tome 2 quitte le monde du sport, pour aborder la psychologie d’un enfant star qui a grandi avec la pression des médias et des adultes qui l’entourent. C’est un aspect rarement abordé en BD, mais je ne garderai pas un souvenir impérissable de ce diptyque. A essayer absolument  pour les fans de sport, les autres peuvent, je pense, passer leur tour…

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Rocambolivresque, Vu des yeux doliBD, U lost control, Des flaneries et des mots

Premières planches sur Izneo.

Happy !, tome 1 : are you happy ?

HAPPY !, tome 1 : Are you happy ?, par Naoki Urasawa (Panini Manga, 2010). Edition de luxe.

https://i2.wp.com/www.decitre.fr/gi/64/9782809412864FS.gifMiyuki Umino a 17 ans, deux petits frères et une petite soeur. Ses parents sont décédés et elle subvient à la vie de sa famille, tandis que son grand frère lance des affaires qui ne réussissent pas. Un jour, le grand frère ne donne plus de nouvelles et deux hommes quelque peu louches viennent lui réclamer de régler les dettes de son frère, soit 250 millions de yens (2 millions d’euros). Miyuki choisit de reprendre la raquette abandonnée à la mort de ses parents pour devenir joueuse professionnelle. Si cela ne réussit pas, elle devra travailler dans un bordel pour rembourser les dettes… Miyuki s’entraîne donc durement pour atteindre son but…

Précédant la série Monster, cette série de 23 volumes (15 volumes ‘seulement’ en édition de luxe, en grand format et avec plus de 300 pages par volume) est parue au Japon entre 1993 et 1999.

Le dessin est toujours aussi splendide, parfois légèrement coloré (ce qui ne gâche pas le plaisir de la lecture, loin de là…). L’héroïne ressemble étrangement à la jeune Nina de Monster, et on retrouve le trait de Urasawa dans les autres personnages également. La structure de l’histoire est bien construite, ce premier tome pose les bases, les protagonistes, les lieux… Le sujet est original et loin d’être inintéressant… Il faut également dire que le tennis n’occupe pas toutes les cases de ce manga, la vie de la jeune fille et ses rencontres sont aussi largement exposées… Cela laisse présager une bonne suite. A quand le tome 2 ? ^^ (Edit : le 9 juin prochain…)

Non répertorié sur le site L@BD.