Dans la forêt

DANS LA FORÊT, par Lomig (Sarbacane, 2019) adapté du roman éponyme de Jean Hegland.

006722078Nell et Eva sont deux soeurs qui vivent seules dans une maison au beau milieu de la forêt. Le monde a changé, suite à une épidémie : il n’y a plus d’électricité et d’essence et le garde-manger commence à se vider dangereusement. Leur vie d’avant, avec leurs parents, n’est plus qu’un lointain souvenir. Leur mère, ancienne danseuse, est morte un printemps d’un cancer, lorsque les tulipes ont éclos. Leur père l’a accidentellement suivi dans la tombe. Seules, elles doivent apprendre à survivre, et fêtent leur premier Noël toutes les deux, en s’offrant une paire de pointes (Eva est aussi danseuse) et un cahier (Nell aime écrire). Le temps défile, plus ou moins simplement, et les rencontres s’avèrent rares… Les souvenirs des temps heureux remontent souvent à la surface… Lire la suite

La guerre des Lulus : 1916, La perspective Luigi, tome 1

LA GUERRE DES LULUS, 1916 : la perspective Luigi, tome 1, par Régis Hautière (scénario) et Damien Cuvillier (dessin) (Casterman, 2018).

perspective luigi1936, à Amiens, Luigi est interviewé pour apporter son témoignage pour un livre portant sur les français ayant séjourné enAllemagne pendant la grande guerre. Il raconte donc ses aventures, avec ses amis les Lulus, à Berlin, à cause d’une erreur de train. Arrivés sur place, le petit groupe se cache, et tombe sur un jeune voleur qu’ils décident de suivre et qui les entraîne dans une aventure où plusieurs groupes de jeunes s’affrontent. Mais être chez l’ennemi est forcément très mal vu, alors quand un jeune garçon berlinois décide de venger la mort de son père, il les dénonce à la police et monte un stratagème pour tous les faire arrêter…

Lire la suite

Les prisonniers de la nuit [roman]

LES PRISONNIERS DE LA NUIT, par Johan Heliot (Seuil, 2018)

prisonnierJon, fils de bonne famille, est envoyé par ses parents en dehors de la Vallée, l’endroit où il vit et où il trouve tout ce dont il a besoin. Peu motivé par ce camp en pleine nature, il découvre au cours du ramassage en bus ses compagnons pour les deux mois à venir. Certains ont des comportements étranges. Arrivés sur place, les ados sont laissés par le conducteur de bus qui leur souhaite bon courage. Le comité d’accueil est inexistant et le lieu paraît inhospitalier, inhabité depuis longtemps… Mais que sont-ils venus faire ici ? Et pourquoi la nuit venue, les étoiles s’éteignent-elles les unes après les autres ? Pourquoi le jour ne revient-il pas ? Quels secrets leurs parents leur ont-ils caché ?

Lire la suite

Seule [roman]

SEULE, par Nathalie Le Gendre (Oskar, 2017, coll. Suspense)

Malika vit en France avec Rami, son père d’origine maghrébine, Julia sa mère d’origine suédoise et sa petite soeur de 5 ans, Maja. Pour la première fois, la famille va découvrir le pays maternel. Pour l’adolescente fan de grands espaces, c’est un rêve qui se réalise. Mais cela ne pas se passer comme prévu, et Malika va devoir survivre seule dans le froid suédois…

Lire la suite

Stig & Tilde, tome 1

STIG & TILDE, tome 1 : L’ÎLE DU DISPARU, par Max de Radiguès (Sarbacane, 2018)

stig

Quelque part en Scandinavie, dans un village au bord d’un immense lac, vivent Stig et Tilde, deux jumeaux de 14 ans, avec leurs parents. La tradition veut qu’à cet âge-là, chaque adolescent aille sur une île pendant un mois loin des adultes, pour y survivre par lui-même. L’épreuve est moins difficile qu’autrefois, car ce jour-là, une centaine d’ados vont se retrouver seuls dans une colonie de vacances sans moniteurs… Stig et Tilde, après avoir embrassé leurs parents, se rendent en bateau sur place, mais l’orage arrive. Tous deux se réfugient dans le petit canot, mais ne parviennent plus à en sortir… Où vont-ils arriver ? Et pourquoi sur cette île qui n’était pas leur destination, y-a-t-il des têtes sculptées ? Lire la suite

La guerre des Lulus, tome 3 : 1916, le tas de briques

LA GUERRE DES LULUS, tome 3 : 1916, LE TAS DE BRIQUES, par Régis Hautière et Hardoc (Casterman, 2015)

Suite du tome 2. Leur ami Hans étant mort, les jeunes Lulus tentent de survivre. Ils trouvent refuge en forêt auprès de Gaston, un vieux sabotier vivant reclus dans sa cabane. Ce dernier leur raconte comment c’était avant la guerre et ne pouvant nourrir autant de bouches, leur conseille de tenter leur chance à Guise, la ville la plus proche. Dans cette commune occupée par l’armée allemande, la jeune troupe trouve pendant un temps refuge dans le familistère, une structure très particulière où les employés . Mais malgré leur volonté d’être discrets, ils ne tardent pas à se faire remarquer et à mettre en danger les habitants de cette communauté…

J’ai mis un peu de temps avant de lire cette suite, et à la fin de la lecture, j’ai eu un sentiment mitigé, pas si enthousiaste que j’aurais aimé l’être. Pourtant, le dessin est toujours super, quoique assez sombre. Les couleurs sont toujours autant de qualité. L’histoire de ce tome est elle aussi plus sombre : les jeunes héros ont grandi, physiquement pour certains et mentalement, pour tous. La guerre qui dure depuis déjà deux ans leur a volé une part de leur enfance et de leur innocence, mais ils semblent toujours soudés, prêts à s’entraider et à se sortir de n’importe quel faux-pas. Le scénario s’attarde grandement dans la première partie du volume sur le familistère de Guise. Pour moi, ce lieu n’était pas une découverte, car j’ai lu il y a quelques temps déjà De briques et de sang, par le même scénariste (la référence est d’ailleurs mentionnée en bas d’une planche) et j’ai eu une impression de redondance. J’ai aussi trouvé cette partie très pédagogique, peut-être un peu trop parfois. L’originalité par rapport à l’album cité précédemment réside par contre dans les angles insolites sous lesquels est dépeint le familistère : escaliers, greniers… et au-delà de l’aspect explicatif (presque trop didactique quelquefois), cela donne envie de s’y rendre pour voir à quoi cela ressemble plus d’un siècle après sa construction. Sinon l’histoire reste tout de même bien intéressante, les héros évoluent et surtout la fin a été pour moi inattendue, elle ne peut qu’inciter à lire la suite. En tout cas, cette série de qualité mérite vraiment qu’on s’y attarde ! Vivement la suite !

A partir de 13 ans selon l@BD.

Premières planches à voir sur Izneo.

L’île carrément perdue, tome 1 : Grog en stock

L’ÎLE CARRÉMENT PERDUE, tome 1 : GROG EN STOCK, par Sti (scénario) et Luc Cromheecke (dessin) (Kramiek, 2014)

Un naufragé et son chien désespèrent sur leur radeau de fortune jusqu’au jour où ils s’échouent sur une île a priori déserte, mais qui est en fait habitée par des cannibales convertis. Ce n’est que le début de ses aventures sur cette île pas si perdue que cela… Les rencontres vont être diverses et variées : des pirates français et britanniques, des cannibales, un ours dans sa grotte, des pingouins qui parlent et même des extraterrestres !! La vie sur cette île n’est pas de tout repos…

Voici un album acheté à notre retour de vacances. Cet été à Bruxelles, une exposition temporaire avait lieu au CBBD (centre belge de la bande dessinée), présentant les planches en français du volume 2 de cette série (album disponible pour l’instant uniquement en flamand). Avec mon homme, on avait aimé cet humour décalé et loufoque, et on s’est décidés à acheter le premier tome à notre retour. On n’a pas été déçus par cette histoire loufoque et complètement décalée. Les petites histoires se déroulent sur plusieurs planches et mises bout à bout, constituent un album avec un fil directeur qui tient la route. A l’origine, ces histoires étaient publiées dans le magazine Spirou, on comprend mieux ce choix de découper l’histoire. Le scénario est empli de références typiques du récit d’aventures : pirates, cannibales, marins… On trouve aussi des éléments bien plus loufoques tels des pingouins, des extraterrestres ou encore Spirou et Fantasio… Les références sont nombreuses et souvent drôles, j’ai passé un bon moment à rire ou sourire (un peu bêtement parfois !). Le dessin ne joue pas la carte du réalisme, avec un trait au départ déconcertant parce que tremblant, mais au final il correspond bien à l’esprit humoristique de l’album. Les couleurs sont vives et agréables, ajoutant un côté de pep’s à cette histoire. C’est donc un album complètement décalé avec un humour particulier jouant sur l’absurde que nous proposent le scénariste français et le dessinateur belge flamand. Personnellement, j’ai bien accroché et j’espère pouvoir lire la suite lorsqu’elle sortira en français (le tome 2 étant sorti en flamand en juin dernier, on peut espérer que ce soit pour bientôt).

A partir de 10 ans selon l@BD.

On en parle (peu) sur les blogs : SambaBD, mais un peu plus sur les sites spécialisés : Bodoi, Auracan.

Voir le blog de Sti et celui de Luc Cromheecke.