Hors piste [roman]

HORS PISTE, par Sophie Adriansen (Slalom, 2018)

hors piste

Marion est en 3e et ses parents l’envoient comme tous les ans en colonie pendant les vacances d’hiver. Direction les stations de ski… Pourtant, cela lui déplaît fortement, car elle avait d’autres projets pour les vacances. Sa motivation est au plus bas lorsqu’elle apprend qu’elle devra se passer de son téléphone portable pendant le séjour… Dans le car qui l’emmène, elle fait la rencontre d’une fille de 14 ans lycéenne, bien dans son corps et dans sa tête… Cette semaine va être bien plus étonnante que prévue pour Marion !

Lire la suite

Publicités

Que du bonheur ! [roman]

QUE DU BONHEUR !, par Rachel Corenblit (Rouergue, 2016, coll. DoAdo)

bonheurAngela est une ado de quinze ans, mal dans sa peau. Tout va mal autour d’elle : ses parents décident de se séparer, sa meilleure amie sort avec le garçon dont elle était amoureuse, elle parvient à tomber devant tous ses camarades le jour de la rentrée au lycée, elle vit une semaine sur deux chez son père, la suivante chez sa mère, n’en fiche pas une au lycée, et voit le redoublement arriver à grands pas… L’été suivant, son père lui propose des vacances chez le grand-père en Ariège, dans un endroit perdu où on ne capte pas et où il n’y a pas de jeunes… tandis que sa mère l’emmène en bord de mer, dans un camping flanquées d’une tente deux secondes… Mais la rencontre qu’elle va y faire va lui faire croire en l’avenir… Lire la suite

Une sœur

UNE SŒUR, par Bastien Vivès (Casterman, 2017)

une soeurAntoine a treize ans et quitte Paris avec ses parents et son frère pour passer l’été dans la maison familiale en Bretagne. Il s’entend plutôt bien avec son petit frère Titi, les deux ayant la même passion du dessin. Mais lorsqu’Hélène, ado de seize ans, vient passer une semaine avec eux et sa mère alors que celle-ci vient de faire une fausse couche, la vie d’Antoine est totalement bousculée : ce sont les premiers émois d’Antoine et Hélène va lui faire découvrir en une semaine plein de choses jusque là inconnues pour Antoine : alcool, sexe, sentiments, groupe d’adolescents… Mais ce sera aussi l’occasion pour elle d’avouer son mal-être et sa solitude…

Lire la suite

Les beaux étés, tome 2 : Les calanques

LES BEAUX ÉTÉS, tome 2 : LES CALANQUES, par Zidrou (scénario) et Jordi Lafebre (dessin) (Dargaud, 2016)

beaux étés 2Suite du tome 1, mais pas une suite chronologique traditionnelle. En effet, on retrouve la famille belge Faldérault en 1969, soit quatre ans avant le tome 1, alors que le père est sur un projet de cow-boy vengeur à quatre bras et que sa famille attend qu’il ait terminé pour partir en vacances en Renault 4L… Comme chaque été, direction le sud de la France pour cette famille légèrement déjantée, qui plante sa tente de façon sauvage et se retrouve de façon fortuite au beau milieu d’un jardin. La rencontre avec les propriétaires d’origine méditerranéenne les amène dans un lieu secret, à savoir une calanque dissimulée aux yeux des touristes et dotée d’une modeste cabane. Les vacances s’annoncent magiques dans ce lieu unique… Lire la suite

15 jours sans réseau [roman]

15 JOURS SANS RÉSEAU, par Sophie Rigal-Goulard (Rageot, 2017)

15jours sans réseau

Emilie, Parisienne de 12 ans, vient juste de se créer des comptes sur les réseaux sociaux lorsque ses parents lui dévoilent la prochaine destination des vacances d’été : ce sera la Creuse, dans un endroit où aucune connexion internet ou téléphone ne passe. Les parents ont inscrit la famille à un stage pour se passer d’écran pendant deux semaines : au programme, plus de tablette, de téléphone, d’ordinateur… et des activités pour passer du temps ensemble, et se redécouvrir. Mais pour Emilie et son frère Ambroise, 15 ans et grand joueur en réseau, cela n’est absolument pas envisageable. Pour le petit frère Lucien, c’est une autre histoire, il est ravi que tout le monde, y compris ses parents se détache des appareils… La désintox va être compliquée pour la famille !

Lire la suite

Vive la marée

VIVE LA MARÉE, par David Prudhomme et Pascal Rabaté (Futuropolis, 2015)

Récit décousu, façon kaléidoscope, de quelques jours de vacances à la plage, du côté de la station populaire de Polovos… Tous les types de population s’y côtoient, des jeunes et des vieux, des familles et des jeunes fêtards, des naturistes et des « habillés »… non sans difficultés parfois !

Voici un album complètement de saison en ce mois de février, un album qui sent bon le mois d’août, la plage, le sable chaud… Du moins c’est l’idée que je m’en faisais en l’ouvrant… Je ne savais trop à quoi m’attendre, et à vrai dire, au bout de quelques pages, j’ai été décontenancée par l’absence de fil conducteur : il n’y a pas de héros bien déterminé, pas de personnage central qu’on suit au long des 120 pages… Mais les auteurs, qui ont écrit et dessiné ce récit ensemble, ont plutôt fait un album en sautant d’une situation à l’autre, en utilisant le plus souvent des angles intéressants, souvent un détail graphique ou un changement de prise de vue. Les situations décrites sont assez souvent amusantes, et décrochent un sourire tellement cela sent le vécu : entre bouchons à l’approche de la plage, espace naturiste, jeux dans et sur le sable, pêche aux coquillages, séjour au camping… chaque lecteur a forcément un jour ou l’autre connu l’une ou l’autre de ces situations, et c’est ce côté humain, très réaliste qui m’a plu dans cet album. Les auteurs en profitent pour égratigner certaines fois des caractères un peu forts, parmi lesquels les beaufs de tout âge ou encore les quinquagénaires qui se croient tout permis, mais je dois dire que plusieurs jours après cette lecture, il ne m’en reste pas de fortes traces non plus. Vive la marée est une lecture bien plaisante sur le coup, originale par sa forme de narration assez inédite, mais ce n’est pas non plus un coup de cœur. Le dessin est facilement reconnaissable, les couleurs claires et lumineuses, ce qui en fait tout de même un album que l’on parcourt d’une façon agréable et légère. Pour autant, j’ai préféré La Marie en plastique des deux mêmes auteurs, qui maniait aussi l’humour, mais d’une façon que je trouvais plus fine et plus déjantée…

A partir de 15 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Chroniques de l’invisible, Blog à part, Bibliothèque du dolmen, Carnets d’une libraire, La ronde des post-it

Premières planches à voir sur Izneo.

Cet album participe à , cette semaine chez Un amour de BD.

Mamette, tome 2 : l’âge d’or

MAMETTE, tome 2 : L’ÂGE D’OR, par Nob (Glénat, 2007, coll. Tchô !)

Suite du  tome 1. Les grandes vacances sont là et Mamette va garder pendant un mois entier le jeune Maxou dont la mère part en formation. Le jeune garçon n’est guère motivé par le fait d’avoir la chambre de Choupinet, le fils de Mamette qui a depuis bien longtemps quitté le foyer familial. De plus, les sorties au parc tout comme les devoirs de vacances ne l’enchantent guère. Alors Mamette tente de tout faire pour lui faire passer un séjour agréable : avec ses amies, elle l’emmène au cinéma et à la piscine… L’été s’écoule paisiblement, les liens se tissent, et pas qu’entre Maxou et Mamette…

C’est toujours avec un plaisir certain que je retrouve le personnage de Mamette, petite grand-mère toujours de bonne humeur, qui veut aider du mieux qu’elle le peut le jeune Maxou. Cependant, même si j’ai passé un bon moment de lecture, je n’ai pas eu de coup de cœur pour cet album, assez linéaire au niveau du scénario. Difficile d’expliquer, mais j’ai trouvé moins de consistance dans cet album, même si l’héroïne est particulièrement attachante et toujours désireuse de faire le bien autour d’elle, ce qui n’est pas le cas d’une de ses amies. Certaines situations sont bien trouvées, avec la touche d’humour nécessaire, mais je n’ai pas été totalement conquise par le scénario. Peut-être est-ce dû au personnage de Maxou qui est très présent dans l’histoire, mais que je n’ai pas trouvé très agréable. Il a un côté désinvolte et est parfois méchant envers la grand-mère qui l’accueille pendant ses vacances. Par contre au niveau du dessin, rien à redire, c’est toujours super propre, très agréable à regarder, avec beaucoup de détails malgré les cases insuffisamment grandes à mon goût. La grand-mère est très bien dessinée, et cela accentue encore son côté jovial et positif. Les couleurs contribuent à donner une ambiance joyeuse à l’histoire. C’est donc avec plaisir que je continuerai avec le troisième tome, en espérant que je sois plus emballée par l’histoire cette fois-ci…

A partir de 7 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Chroniques de l’invisible, Bouquins de poches en poches, Espace temps libre, La ronde des post-it, Pause Kikine

Premières planches à voir sur Izneo.

Aller voir le blog de l’auteur, plus mis à jour depuis janvier 2013.