BD humour

Maharadchat. C’est tellement d’amour !

MAHARADCHAT. C’EST TELLEMENT D’AMOUR !, par Wilfrid Lupano (scénario), Relom (dessin), Degreff (couleur) (Delcourt, 2021)

maharaMonsieur Berdemol dirige Maharadchat, une entreprise de nourriture pour chat. Mais il ne se plaît pas du tout dans cette activité, son entreprise est en train de couler et il sait qu’il ne met que des mauvais ingrédients dans ses recettes. Lui, ce qu’il veut, c’est travailler la vigne en Croatie et profiter de la vie… Il déteste les chats, et a des pulsions de violence envers ceux errants qu’il peut croiser… Pendant ce temps, Désiré, homme dévasté par des excès d’alcool, vient miraculeusement de retrouver du travail, dans l’entreprise de M. Berdemol. Il ne sait pas trop en quoi va consister son poste, mais quand il le découvre, sa vision des chats va être totalement métamorphosée…

Lire la suite « Maharadchat. C’est tellement d’amour ! »

BD fait de société, BD historique

Chroniques de jeunesse

CHRONIQUES DE JEUNESSE, par Guy Delisle (Delcourt, 2021, coll. Shampoing)

chroniquesL’auteur nous raconte ses souvenirs de jeune adulte, quand à partir de 16 ans, il a commencé à travailler les étés dans l’entreprise dans laquelle son père était ingénieur. Il travaillait dans une usine de pâte et papier à Québec, près de la rivière Saint-Charles, et nous raconte les journées de travail, les collègues, les anecdotes les plus marquantes…

Lire la suite « Chroniques de jeunesse »

BD historique

Radium girls

RADIUM GIRLS, par Cy (Glénat, 2020)

radiumAux Etats-Unis, après la première guerre mondiale, comme partout ailleurs, on profite de la découverte du radium pour exploiter ses bienfaits : pour la peau, dans les vêtements et dans les objets… C’est ainsi qu’un groupe de jeunes femmes se trouve employées pour peindre à la main des cadrans de montres avec une peinture au radium qui présente l’avantage d’être visible dans le noir. Pour cela, elles ont trois gestes simples à accomplir : lip (lisser le pinceau en le portant aux lèvres), dip (se servir en peinture), paint (peindre les chiffres). Edna est la dernière arrivée dans ce groupe de jeunes femmes qui aiment la fête et profiter de la vie.  Mais Edna n’est pas comme les autres, par exemple elle ne supporte pas d’être hors-la-loi, dans ces temps où la prohibition empêche la consommation d’alcool… Tout se passe bien pour les jeunes femmes, jusqu’au jour où des problèmes de santé apparaissent… Lire la suite « Radium girls »

BD fait de société

Le chantier

LE CHANTIER, par Fabien Grolleau (scénario) et Clément C. Fabre (dessin) (Marabout, 2018, coll. Marabulles)

chantierBarcelone. Flora Del Sol est une jeune architecte vainqueur d’un prix l’année précédente (prix méditerranée), qui est stagiaire dans un gros cabinet d’architecture. Lucca, un quarantenaire, profite de son statut de supérieur de Flora pour charger de travail la jeune architecte, mais quand le patron arrive tel une tornade et qu’un rendez-vous doit être annulé avec lui pour la troisième fois avec des clients, c’est Flora qui, sur un coup de chance, est envoyée sur place. La voilà donc arrivée sur les hauteurs de la ville, sur un terrain très arboré, où elle rencontre madame Bissaro, ses enfants qui jouent aux indiens et le paysagiste. Après avoir écouté les désiderata assez farfelus de sa cliente, Flora s’attelle à la tâche, tout en prenant soin de préserver les grands pins de Monterey que sa cliente veut faire couper… Ou quand l’écologie se conjugue avec la construction durable…

Lire la suite « Le chantier »

BD humour

Hey June

HEY JUNE, par Fabcaro (scénario) et Evemarie (dessin) (Delcourt, 2020, coll. Pataquès)

hey june

June est une trentenaire désabusée. Célibataire, ses amours sont compliquées, les relations avec ses parents compliquées, son travail est plus qu’incertain et son humeur n’est jamais vraiment positive… Pour autant, elle est dotée d’un humour bien à elle, que personne ou presque ne semble comprendre… Lire la suite « Hey June »

BD fait de société, BD hors de nos frontières

Asterios Polyp

ASTERIOS POLYP, par David Mazzucchelli (Casterman, 2010)

asteriosAsterios Polyp, 50 ans, a vu son appartement  de Manhattan brûler, et il est juste parvenu à sauver trois objets avant de quitter le lieu où il a vécu pendant 20 ans. N’ayant plus rien ni personne qui le raccroche à ce lieu, avec ses quelques dollars en poche, il décide de partir et prend le bus… Il arrive à Apogee, et atterrit chez Stiff Major, garagiste qui l’embauche et l’héberge suite à sa demande. C’est l’occasion pour lui de se remémorer toute sa vie, son parcours… depuis son histoire familiale avec son père immigré, son frère jumeau mort à la naissance, sa rencontre avec son épouse Hana puis leur rupture mais aussi sa carrière universitaire à la chaire d’architecture de l’université d’Ithaca… Lire la suite « Asterios Polyp »

BD humour, Romans jeunesse

Stage de survie [roman]

STAGE DE SURVIE, par Christine Avel (L’école des loisirs, 2018, coll. Medium)

stage.jpg

Abel est un élève de 3e qui comme tous ses camarades doit effectuer un stage d’une semaine dans une entreprise. Il n’a pas réussi à obtenir ce qu’il voulait et sa belle-mère, en congé maternité, lui déniche à la dernière minute son stage dans son entreprise de fabrication de boîtes de chaussures, au service comptabilité. Cela est bien loin de faire rêver le jeune homme, mais par défaut il est bien contraint d’accepter… Alors qu’il s’apprête à passer les journées les plus ennuyeuses de sa vie enfermé avec José, un jeune comptable gaffeur et trouillard, l’annonce d’un audit financier sème la panique dans le service. Une armée de contrôleurs habillés tout en noir va éplucher les comptes, traquer la moindre erreur et ne rien lâcher. Au même moment, les bureaux de l’entreprise sont cambriolés et des classeurs de factures dérobés. Le stage d’Abel va se révéler bien plus excitant que prévu, et ce sera la semaine la plus éprouvante de sa vie ! Lire la suite « Stage de survie [roman] »

BD fait de société

Le jour où le bus est reparti sans elle

LE JOUR OÙ LE BUS EST REPARTI SANS ELLE, par Beka (scénario), Marko (dessin) et Maëla Cosson (couleurs) (Bamboo, 2016)

jour où busClémentine a une petite vie bien réglée : célibataire, elle se plaît assez dans son boulot, a un joli appartement, mais n’a pas vraiment confiance en elle, réalisant qu’il lui manque quelque chose pour se sentir vraiment bien, pour atteindre le bonheur… Depuis quelques temps, elle s’est mise à la méditation et pendant un week-end, rejoint un groupe qui part à un séminaire en bus. Sur la route, le groupe s’arrête près une épicerie perdue en pleine forêt, et repart en oubliant la transparente Clémentine. Au départ déboussolée, la jeune femme va finalement se rendre compte que c’était peut-être le mieux pour elle. Grâce à Antoine, propriétaire de l’épicerie et philosophe à ses heures perdues, et à une de ses amies de passage, elle va réaliser que le bonheur n’est pas forcément un objectif inatteignable…

Lire la suite « Le jour où le bus est reparti sans elle »

BD fait de société

En avant toute ! Oui, mais vers où ?

EN AVANT TOUTE ! OUI, MAIS VERS OÙ ?, par Juliette Baily (Jean-Claude Gawswitch éditeur, 2010)

Autobiographie d’une jeune adulte qui vient de fêter ses 26 ans avec sa famille et son amoureux, et qui se cherche professionnellement. Les rencontres au café avec ses meilleures amies lui font réaliser qu’elle n’a pas trop d’ambition, qu’elle n’ose pas se lancer, mais surtout qu’elle ne sait pas vraiment ce qu’elle veut faire dans sa vie… Ses parents, avec leurs questions plus ou moins franches, lui font comprendre qu’il faudrait qu’elle se case, mais elle ne trouve que des petits boulots dans lesquels elle ne se plaît pas. Alors elle se décide à faire de l’illustration, mais se rend compte que son réseau n’est pas très développé…

Voici un album choisi encore une fois au hasard dans les rayonnages de la bibliothèque. Je ne m’attendais pas à une réflexion autour du monde professionnel, mais (sans doute est-ce dû à la couverture rose) plus à une typique histoire de filles. Le propos n’est pas inintéressant, loin de là, il reflète bien le questionnement de tout jeune adulte une fois les études terminées et qu’il faut se lancer dans le grand bain de la vie professionnelle. Par contre, j’ai eu un peu de mal à m’attacher à l’héroïne que j’ai trouvée trop indécise et immature par rapport à son âge. Cela m’a donné l’impression qu’un beau jour, elle se réveillait et se rendait compte tout à coup qu’il allait lui falloir trouver un boulot et devenir enfin adulte. Bref, le personnage ne m’a pas trop plu, mais je dois reconnaître à l’auteur le mérite de raconter ses doutes et ses questions existentielles, avec parfois un trait d’humour. Concernant le trait, je dois avouer que le dessin est parfois trop simple à mon goût. Cela fait globalement assez brouillon, typiquement dans le style girly, mais ne m’a pas rendu la lecture spécialement aisée. J’ai donc un avis mitigé sur cet album, qui ne restera pas dans les annales, mais qui permet de passer un bon petit moment tout de même.

Non mentionné sur l@BD, je dirais à partir de 15 ans.

On en parle sur les blogs : La bibliothèque du dolmen, Otium, Flo sur Madmoizelle

Quelques planches extraites de l’album à voir sur le site de l’auteur, l’éditeur ayant déposé le bilan en 2014.

Aller voir le site de l’auteure.

BD fait de société, BD fantastique

La douce

LA DOUCE, par François Schuiten (Casterman, 2012)

Léon Van Bel est un machiniste-mécanicien en fin de carrière. Très attaché à sa locomotive, la 12.004, il refuse d’abandonner son métier et sa machine, alors que les trains et les lignes de chemin de fer sont progressivement supprimés au profit de lignes de téléphériques. Ne renonçant pas, il décide de cacher sa machine de vingt mètres de long dans un entrepôt, mais est dénoncé. La locomotive est envoyée dans un cimetière de ferraille avec les autres engins, mais Léon va tout faire pour la retrouver…

Voici un album bien original de par son sujet. Je crois que c’est la première fois que je lis un album sur le sujet des trains, ou plutôt des locomotives. Je m’attendais, je ne saurais dire pourquoi, à des planches en couleurs, mais en fait ce n’est que du noir et blanc. J’ai été au départ déconcertée mais au final ce rendu particulier est très agréable, et donne un côté attachant à l’histoire. Même si tout paraît réel, on est dans un monde qui n’existe pas, où les locomotives à vapeur ont été remplacées par des téléphériques qui sillonnent le pays en passant pas des pylônes garants, certains servant de gare. C’est donc une situation hors du commun, assez difficile à appréhender au départ, moi qui m’attendait à une histoire classique et réaliste… même si de la part de François Schuiten, je n’attendais pas une histoire réaliste… Cela m’a fait penser à Bruxelles, du duo François Schuiten et Benoît Peeters, que j’ai lu l’été dernier sans prendre le temps de le chroniquer sur ce blog : le contexte fait très réel, mais pour autant il y a des éléments irréalistes, qui ne sont absolument pas plausibles dans notre monde. Pour tout dire, j’ai trouvé l’histoire agréable mais sans plus. Nul doute qu’elle doit plaire aux passionnés de trains, car on a la locomotive très détaillée sous tous les plans, mais le sujet est loin d’être universel. Le dessin est cependant très documenté, on prend plaisir à regarder chaque case dessinée minutieusement. Le jeu des ombres est particulièrement travaillé, tout comme les changements d’angles de vue. J’ai aimé dans la mesure où ça me change de mes lectures habituelles, mais le thème m’a moyennement plu et le scénario se déploie un peu trop lentement parfois. Les personnages sont assez (trop ?) mystérieux, entre la jeune fille muette dont on ne connaît pas les intentions et le cheminot qui ne vit que pour sa locomotive… Par contre, il y a l’esprit jusqu’au-boutiste du cheminot voulant sauver sa loco qui est le cœur du scénario et peut intéresser au-delà des passionnés de chemin de fer. Enfin, l’album se conclut par d’intéressantes explications sur le train qui existe réellement dans un petit dossier documentaire en fin d’album, après 80 planches tout de même qui m’ont quelquefois parues interminables… Un album à tester pour son originalité, même si je suis très moyennement convaincue…

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Le génépi et l’argousier, Blog culturel, Vu des yeux d’OliBD, Blog Brother, Sur un petit nuage, Chroniques de l’invisible

Premières planches à voir sur Izneo.

Aller voir le site consacré à l’album et à la locomotive, avec entre autres une expérience de réalité augmentée.