Achille, fils unique [roman]

ACHILLE, FILS UNIQUE, par Yaël Hassan (Nathan, 2016, coll. mes années collège)

achilleAchille rentre en classe de quatrième. Il est amoureux de Laurence, qui cette année, se trouve dans sa classe mais l’ignore royalement. L’adolescent passe le plus clair de son temps avec son meilleur ami Kader, et Tania qui les a rejoints cette année et n’a pas sa langue dans sa poche… D’ailleurs, tous les quatre se retrouvent à l’atelier théâtre du collège, avec les autres collégiens, dont Lili, une sixième qui a un caractère de feu… A la maison, Achille est fils unique. Il aime retrouver ses cousines dans la maison familiale en Bretagne, mais se demande bien pourquoi il est le seul roux aux yeux verts. Des indices laissent à penser que son père ne serait pas son père biologique. Cela expliquerait la distance installée entre Achille et son père… L’adolescent tente d’en savoir plus, aidé par sa cousine Anna…

Lire la suite

Publicités

Momo tome 1

MOMO tome 1, par Jonathan Garnier (scénario) et Rony Hotin (dessin et couleurs) (Casterman, 2017)

momoMomo est une petite fille de 5 ans que sa grand-mère élève en attendant que le père de la petite revienne de son travail en mer. Mais la fillette vit mal cette absence. Pleine de répartie, elle tente de se frayer sa place dans un monde d’adultes… Mais ce n’est pas facile quand le poissonnier vous prend pour une voleuse, quand des grands vous narguent et que personne ne vous dit pourquoi votre papa ne revient pas…

Lire la suite

Le journal d’Aurore, tome 1 [roman]

LE JOURNAL D’AURORE, tome 1 : JAMAIS CONTENTE, par Marie Desplechin (L’école des loisirs, 2016, coll. Medium poche)

journal auroreAurore est une adolescente normale, qui déteste ses deux soeurs, ne comprend pas ses parents, et raconte dans son journal intime ce qui se passe (ou pas) dans sa vie… Elle a une meilleure amie, Lola, chez laquelle elle passe beaucoup de temps, jusqu’à ce que l’arrivée de son demi-frère bouleverse tout… Aurore tombe sous le charme de ce garçon…

Lire la suite

Mortelle Adèle tome 1

MORTELLE ADÈLE, tome 1 : TOUT ÇA FINIRA MAL, par Mr Tan (scénario) et Miss Prickly (dessin) (Editions Tourbillon, 2012, coll. Globulle)

mortelle adeleAdèle est une petite fille au caractère plus que trempé. Elle n’aime personne, et porte un regard très acéré sur tout ce qui l’entoure : ses parents, son chat, les enfants de son âge que ce soit Geoffrey son amoureux ou Jade et ses copines… Elle ne se prive pas de commenter tout ce qui se passe, que cela fasse plaisir ou non, et sa répartie laisse souvent ses interlocuteurs pantois…  Lire la suite

Le jour où le bus est reparti sans elle

LE JOUR OÙ LE BUS EST REPARTI SANS ELLE, par Beka (scénario), Marko (dessin) et Maëla Cosson (couleurs) (Bamboo, 2016)

jour où busClémentine a une petite vie bien réglée : célibataire, elle se plaît assez dans son boulot, a un joli appartement, mais n’a pas vraiment confiance en elle, réalisant qu’il lui manque quelque chose pour se sentir vraiment bien, pour atteindre le bonheur… Depuis quelques temps, elle s’est mise à la méditation et pendant un week-end, rejoint un groupe qui part à un séminaire en bus. Sur la route, le groupe s’arrête près une épicerie perdue en pleine forêt, et repart en oubliant la transparente Clémentine. Au départ déboussolée, la jeune femme va finalement se rendre compte que c’était peut-être le mieux pour elle. Grâce à Antoine, propriétaire de l’épicerie et philosophe à ses heures perdues, et à une de ses amies de passage, elle va réaliser que le bonheur n’est pas forcément un objectif inatteignable…

Lire la suite

Moi j’aime quand Maman…

MOI, J’AIME QUAND MAMAN… par Arnaud Alméras (scénario) et Robin (dessin) (Gallimard jeunesse, 2012, coll. Hors-série Giboulées)

Recueil de situations entre un enfant et sa mère, qui font des choses diverses et variées. Cet album est un cri d’amour à la maman, toujours là pour aider son petit, avec toujours des bonnes idées pour lui faire découvrir ce qui l’entoure…

Voici un album choisi parmi la multitude à la bibliothèque pour son titre et sa jolie couverture. Le format dans cette collection-là est facile à prendre en main, pas trop grand comme certains albums, et pas trop petit non plus. Les pages ne sont pas cartonnées ni plus rigides qu’habituellement, ce qui fait que je ne l’ai pas confié à ma fille, encore trop petite pour ces livres fragiles. Cet album se lit d’un trait, et est toujours composé de la même façon : une page colorée avec le texte qui débute toujours par le titre du livre, comme un refrain, opposée à une pleine page de dessin. L’opposition page de texte et page de dessin est inversée à chaque double page, ce qui fait que nos yeux sont toujours en mouvement et doivent s’arrêter sur le texte puis sur le dessin (ou l’inverse), ce qui n’est pas une mauvaise chose. J’ai apprécié certaines scènes, peut-être parce qu’elles me paraissaient plus plausibles que d’autres. Il n’empêche que chaque lecteur trouvera écho de ces situations dans sa vie personnelle, et c’est cela qui rend cet album attachant. On se doute qu’il s’agit souvent de souvenirs de l’auteur, car j’ai trouvé qu’il y a un fort côté nostalgique dans les textes. La redondance du titre pour chaque situation est drôle au départ, mais à la fin j’ai trouvé cela lassant sur 48 pages, surtout que la fin est quelque peu abrupte. Par contre, cette mise en texte a aussi l’avantage de pouvoir lire l’histoire dans n’importe quel ordre, de commencer par la fin ou le milieu sans problème, puisqu’il n’y a pas d’histoire à proprement parler. Un regret cependant : c’est dommage que les autres membres de la famille soient si peu mentionnés (une fois le papa et une fois les grands-parents). Je sais qu’un livre miroir est sorti avant celui-là : Moi, j’aime quand Papa… Il pourrait être intéressant de comparer les deux, mais pour celui-là, je trouve dommage l’absence d’autres personnages de la famille proche. Au niveau du dessin qui accompagne les textes, il s’agit à chaque fois d’animaux, sauvages ou domestiques, qui symbolisent les humains. Cela permet aussi d’enrichir le vocabulaire de l’enfant sur des animaux bien spécifiques, et de s’imaginer n’importe quelle maman dans la situation. J’aime bien cette façon de mettre des animaux, mais j’ai parfois trouvé le trait tremblant. Je préfère les dessins au trait rond, surtout que cela aurait conféré plus de douceur au dessin, en lien avec les propos, mais je ne suis pas non plus hostile à ce trait-là. Un album agréable sur le coup, mais que ne me laissera pas beaucoup de traces…

A partir de 3 ans selon Ricochet.

On en parle sur les blogs : Un petit bout de bib(liothèque), Livres à lire, Parolimage, Chez Lavinia

9/10

Mamette, tome 3 : Colchiques

MAMETTE, tome 3 : COLCHIQUES, par Nob (Glénat, 2008, coll. Tchô !)

Suite du tome 2. L’automne arrive, Mamette a toujours Maxou en garde de façon ponctuelle, et décide de prendre en main l’avenir de son fils célibataire qui vient de perdre son travail. Elle tente aussi de le caser, avec les différentes femmes qu’elle peut croiser, comme la bibliothécaire. Son fils n’ose pas lui dire franchement qu’il a grandi et n’est plus le petit garçon qu’elle a connu. Mamette, gentiment mais sûrement, s’obstine dans sa mission de vouloir aider les autres. Elle va même l’emmener au cirque et tous deux vont retrouver des moments vécus il y a bien longtemps. Mais un jour, sa santé la rattrape, et la vieille dame fait un malaise…

Je continue dans ma lancée des Mamette et je dois dire que j’ai préféré ce volume-là au précédent, car j’ai préféré la relation entre Mamette et son fils qu’avec Maxou « l’ingrat ». Les dialogues sont plus savoureux et drôles. Les situations m’ont paru plus changeantes que dans le tome précédent, il y avait moins de redondance. Les personnages secondaires prennent de plus en plus d’importance, avec Mademoiselle Pinsec l’aigrie qui se révèle fleur bleue, ou Madame Vidal la malade imaginaire qui harcèle le médecin pour un médicament. Les situations font toujours aussi crédibles, et on se surprend à sourire avec certaines situations qui démontrent que le choc des générations est toujours aussi rude. Les virées au fastfood avec Maxou, les promesses alimentaires non tenues dès la sortie de la consultation, les sorties à la bibliothèque, la découverte du téléphone portable… tous ces moments sont l’occasion de passer un agréable moment avec Mamette, une grand-mère comme on aimerait tous avoir (ou pas !). Le dessin est toujours autant maîtrisé, c’est encore une fois du tout bon !

A partir de 7 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Doucettement, Les jardins d’Hélène, La lucarne à Luneau, A little piece of, Le blog du capitaine geek

Premières planches à voir sur Izneo.