BD adaptation, BD polar

J’irai cracher sur vos tombes

J’IRAI CRACHER SUR VOS TOMBES, par Jean-David Morvan (scénario), Ray Macutay, Rafael Ortiz et Scietronc (dessin), Hiroyuki Ooshima (couleurs) (Glénat, 2020), d’après Vernon Sullivan, alias Boris Vian.

cracherLee Anderson est un jeune homme qui trouve un emploi de libraire dans une petite ville de Buckton, dans le sud des Etats-Unis. Il a quitté sa ville natale après un événement tragique, la mort de son frère. Malgré sa peau blanche et ses cheveux blonds, Lee a une part de sang noir qui coule dans ses veines, sa mère étant métisse. Il ne subit pas le racisme omniprésent dans cette région, et son physique est plutôt apprécié des jeunes filles. Son goût pour la musique, guitare à la main, et son approche facile en font un jeune homme recherché par la gente féminine. Il en profite bien, menant une vie de débauche, sans pour autant perdre son objectif premier : venger la mort de son frère, en tuant des blanches. Il va trouver en les deux soeurs Lou et Jean, issues d’une riche famille, les deux proies pour mettre à bien sa vengeance…

Lire la suite « J’irai cracher sur vos tombes »

BD adaptation, BD fait de société, BD hors de nos frontières, Manga jeunesse

Speak

SPEAK, par Emily Carroll (Rue de Sèvres, 2019), d’après le roman de Laurie Halse Anderson.

speakMelinda, 15 ans, vient d’entrer au lycée. Mais pour elle c’est l’enfer depuis qu’elle a fait rater une fête de fin d’été en appelant la police au beau milieu de la soirée lycéenne. Depuis lors, elle est une pestiférée parmi ses camarades, Rachel sa meilleure amie d’avant, change du tout au tout, et Melinda, bonne dessinatrice, se fait une amie avec Heather, une nouvelle qui souhaite s’intégrer parmi les autres adolescents…  Très peu bavarde, Melinda sombre doucement en dépression…Que s’est-il passé lors de la fameuse soirée estivale ? Lire la suite « Speak »

BD fait de société, BD fantastique

Sous-sols

SOUS-SOLS, par Pierre Wazem (scénario) et Tom Tirabosco (dessins et couleur) (Futuropolis, 2010)

Depuis trois semaines, une ville est privée de lumière. Les habitants vivent dans le noir, sans savoir quelle est la raison de cette situation plus qu’étrange. Une jeune fille qui ne connaît que la solitude rencontre par hasard un chercheur en anti-matière, dans un conduit en sous-sols. Tous deux cherchent à remonter mais ne le peuvent pas. D’après le chercheur, il y aurait un lien avec la mise en route d’un accélérateur de particules, qui créerait un trou noir qui absorberait la lumière… En surface, la soeur jumelle de la jeune fille fait la rencontre, par hasard elle aussi, de l’épouse du chercheur. Elle lui expose sa situation : selon elle, sa soeur jumelle dort sans discontinuer depuis 3 semaines, depuis l’apparition du phénomène inexpliqué… Toutes ces solitudes vont tenter de solutionner le problème de disparition de la lumière…

Cet album a une couverture originale, dans les tons bleus gris, avec un trait réaliste et charbonneux. Intriguée par cette couverture, j’ai emprunté cet album de 117 pages. L’histoire est assez étrange, on ne sait pas trop si l’héroïne, qui ne porte pas de nom, est folle ou pas, si sa sœur existe vraiment ou non, car au fil des pages, on en vient à douter de la véracité de ses propos. J’ai lu l’histoire sans trop savoir où ça menait, je me suis laissée porter, et j’ai moyennement accroché à l’histoire. Ce n’est pas que le scénario est mauvais, loin de là, mais c’est surtout que je n’avais pas l’esprit à lire une BD aussi complexe. En effet, c’est la première fois que je lis un album dans lequel il y a, entre autres, des explications de physique-chimie (auxquelles je n’ai pas compris grand-chose, ces sujets-là ne m’intéressant pas spécialement). J’ai trouvé que les réponses aux questions arrivaient trop tard dans l’histoire, j’aurais voulu en savoir plus un peu plus tôt, peut-être pour plus me motiver à continuer. Le scénario mêle des éléments scientifiques, à d’autres complètement oniriques (les chiens qui les poursuivent dans les sous-sols), cela donne une impression bizarre lors de la lecture, qui fait de cette histoire un album original, que je ne regrette pas d’avoir essayé même si je n’ai pas tout compris !

Le dessin au fusain est magnifique, le trait est particulier, mais sonne juste. Il est parfois un peu trop statique à mon goût, mais je l’ai trouvé tout de même original. Les personnages font tristes, mélancoliques et c’est encore plus accentué avec les tons froids, gris bleus, utilisés dans chacune des cases. Je ne connaissais pas du tout cet auteur, je pense poursuivre mes découvertes, si la bibliothèque en a d’autres.

Non mentionné sur l@BD.

On en parle sur les blogs : Le grenier à livres de Choco, Les lectures de Cachou, La bibliothèque de Noukette, La bulleuse d’air, La bibliothèque du dolmen

Les premières pages à lire sur Digibidi.