BD adaptation, BD fait de société

L’été en pente douce

L’ETE EN PENTE DOUCE, par Pierre Pelot (scénario) et Jean-Christophe Chauzy (dessin) (Fluide Glacial, 2017)

été pente douce.jpg

Quelque part dans une petite commune perdue dans la campagne, Fane hérite de façon inattendue de la maison familiale. Il n’avait pas gardé de lien avec sa mère, et a même appris ses obsèques par hasard dans le journal. Il se rend à la sépulture accompagné de sa nouvelle conquête, Lilas, jeune fille plantureuse et naïve, qu’il a sauvé des coups de son mac… Le voici donc dans la maison de son enfance, cohabitant avec son frère aîné Mo qui est devenu simplet suite à un accident de jeunesse. Les querelles avec les voisins ne cessent pas avec le changement d’habitants : le garage Voke à proximité, cherche toujours à racheter le terrain de Fane, qui refuse obstinément… Lire la suite « L’été en pente douce »

BD fait de société

Léa ne se souvient pas comment fonctionne l’aspirateur

LEA NE SE SOUVIENT PAS COMMENT FONCTIONNE L’ASPIRATEUR, par Corbeyran (scénario) et Gwangjo (dessin) (Dargaud, 2010)

Louis Levasseur est un homme qui n’a pas spécialement réussi sa vie : deux fois divorcé, avec des enfants qu’il ne voit plus, sa carrière professionnelle est aussi un échec. Il est un écrivain sans inspiration. Un jour, il découvre au pied de son immeuble des sacs poubelles éventrés, contenant un grand nombre de notices d’appareils électroménagers, ainsi qu’un journal intime. Après hésitation, il récupère ces papiers et commence à lire le journal qui s’avère être celui d’une de ses voisines mariée depuis moins d’un an et qui vient juste de divorcer et de déménager quelques jours auparavant. Louis dévore le journal et trouve là un sujet pour son prochain roman. Il s’attache donc à raconter la vie de Léa, dont l’amnésie la conduit à ne plus savoir utiliser l’aspirateur, le grille-pain, le fer à repasser… Avec son roman, Louis fait fortune. Son oeuvre va même être adaptée à l’écran, avec des grands noms du cinéma. Pourtant, Louis se sent coupable d’avoir utilisé l’a vie d’une inconnue pour gagner de l’argent. Il va donc se lancer à la recherche de la vraie Léa et connaître sa vraie vie. Ce qu’il va découvrir va être bien loin de ce à quoi il pouvait s’attendre…

Voici un album au titre étrange et intrigant de par sa longueur. De format moyen pour 130 pages et en noir et blanc, il est assez atypique. Et bien, j’ai adoré. Je l’ai dévoré, car l’histoire est finalement prenante et surprenante. En effet, on se demande en même temps que Louis que font ces multiples notices dans une poubelle, qui plus est avec un journal intime. Et finalement, on suit volontiers Louis dans sa démarche, à savoir retrouver Léa, qu’il connaît uniquement par ses écrits délaissés. On passe rapidement sur la nouvelle célébrité de l’écrivain devenu à succès, adulé par tous, rencontrant de grandes stars. Le plus intéressant reste la recherche de Léa, au départ par l’intermédiaire de ceux qui l’ont connus (la concierge, son ancien mari…). Le dessin est tout en crayonné, magnifique et très réaliste. Très travaillé, très fouillé, il pourrait parfois ressembler à des photographies. Il est vraiment très agréable à regarder et complète justement le scénario original. Quelques touches de manga ajoutent un petit plus et rappellent l’origine du dessinateur. Pour ne pas dévoiler complètement la fin, cet album, touchant, a un rapport avec d’autres que j’ai lus sur les femmes (Luchadoras et En chemin elle rencontre). Bref, très bel album, à lire et à faire lire !

A partir de 15 ans d’après la base BD du CNDP.

Lire les avis de Cécile, de Temps de livres, ainsi que l’article dans l’Express culture.