Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

LE CERCLE LITTÉRAIRE DES AMATEURS D’ÉPLUCHURES DE PATATES, par Mary-Ann Shaffer et Annie Barrows (Nil, 2009)

cercle-litteraire.jpgAprès guerre, à Londres, Juliet est une écrivaine reconnue pour avoir, à travers ses écrits, publié des récits humoristiques pendant la guerre. Le conflit fini, elle veut réécrire sous son propre nom, mais ne trouve pas de sujet qui la satisfasse. Elle s’en désespère auprès de Sidney, son éditeur. Un jour, elle reçoit un courrier d’un certain Dawsey, habitant sur l’île anglo-normande de Guernesey, qui a acheté d’occasion un livre qui lui appartenait. C’est le début d’une correspondance épistolaire entre cette femme célibataire et cet homme éloigné du monde de la littérature. A travers ses courriers, il va lui faire découvrir le cercle de lecture qui existait pendant la guerre, le cercle littéraire des amateurs de tourtes aux épluchures de patates, et tous les membres qui y participaient : Isola, Elizabeth, …
Juliet, de plus en plus conquise par ces personnages, décide, après de nombreux échanges épistolaires avec les différents membres du cercle, d’en faire le sujet de son prochain roman. Pour mieux s’imprégner de cette ambiance, elle choisit de se rendre à Guernesey, et va encore mieux découvrir la vie de ses hôtes et ce qui s’est passé pendant la guerre dans ces îles occupées au beau milieu de la Manche…

En voilà d’un titre, assez long pour le souligner et au contenu assez intriguant… Bon, il faut le dire, une fois terminé, ce livre ne laisse pas un souvenir impérissable. Pour preuve, j’en ai (déjà) oublié des noms de personnages… Il faut dire qu’il y en a un grand nombre, ce qui est quelque peu dérangeant pour pouvoir suivre correctement l’histoire.
Le style est épistolaire, un poil trop convenu. Au point que les styles littéraires sont assez souvent les mêmes, entre l’écrivaine qui maîtrise la langue et l’homme au fin fond de Guernesey qui n’avait jamais lu de livres avant de participer, bien malgré lui, à ce cercle littéraire… Les personnages sont tout de même assez attachants, mais sans plus. Parfois, une lettre destinée à une personne toute autre passe, sans trop comprendre pourquoi. Le fil conducteur en est parfois difficile à retrouver. Sinon, ce livre apporte plein de renseignements sur une île assez méconnue (sauf pour y avoir vu vivre Victor Hugo entre 1856 et 1870) pendant le second conflit mondial : l’île a été occupée par l’armée allemande, avec tout ce que cela engendre (marché noir, couvre-feu…)… Un bon point pour ce livre !

Cependant, la fin est vraiment « cul-cul la praline ». Ca tombe comme un soufflé (et comme une tourte ?? 😉 ).

Bilan : à lire pour voir, pour se faire son propre avis.  Mais ça ne restera pas comme le meilleur livre de l’année pour moi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s