Wa Zo Kong

WA ZO KONG, par Beno Wa Zak [Benoît Jacques] (B. Jacques books, 2009)

https://leslecturesdecaro.files.wordpress.com/2012/12/9fd8f-wazokong-coverresized.jpg

C’est l’histoire d’un oiseau qui ne vole pas, mais qui court à droite, qui court à gauche, et qui un jour rencontre un chat… qui lui non plus ne vole pas, mais court plus vite que lui ! Et oui, l’oiseau est « kong » !

Voici un livre emprunté dans un des deux CDI où je travaille. L’an dernier, les 6èmes ont rencontré son auteur Benoît Jacques, et ma collègue avait acheté (presque) tous les livres de cet auteur et éditeur belge désormais établi en banlieue parisienne. J’ai trouvé le concept de « Wa zo kong » très original, voilà pourquoi je vous le présente en premier. Il est toujours construit de la même façon : le « texte » sur la page de gauche et l’illustration à droite. Les illustrations sont à l’origine des eaux-fortes. Le dessin en noir et blanc est assez simple, crayonné, mais très expressif, et il sert parfois grandement à comprendre le texte ! En effet, le texte est écrit en phonétique. Jugez plutôt le début :

« Lou Wa Zo Yih Vo Lpah… Ykou

Ykou Pah Rtou Ykoua Go Cheh

Ykoua Dou Wa Teh« 

Le tout est présenté sous forme de colonne (un mot par ligne), ce qui est très déconcertant ! Bref, pour comprendre, il faut lire à voix haute, et aussi s’aider du dessin. Un exercice assez difficile quand on n’est pas habitué. Pour l’avoir présenté à quelques élèves, je me suis rendue compte qu’eux aussi étaient désarçonnés par cette forme de livre, mais qu’une fois qu’ils avaient compris le système, ils décryptaient assez facilement le livre et le trouvaient drôle !

Voici un livre qui sort de l’ordinaire, quelque part peut-être un OLNI (objet littéraire non identifié : objet bizarre, un écrit inclassable tant par sa forme que par ses personnages. Genre non répertorié, plutôt décalé ; une boite à idées « acadabrantesques » et loufoques. Source : Mollat). L’objet en lui-même est déjà un peu original : la couverture du livre est en papier souple comme les pages qui le composent, chaque page (beau papier écru) est doublée, ce qui donne une impression de solidité et de fragilité à la fois. Le texte est inscrit dans un cadre et il y a beaucoup de blancs dans ce trop court album d’une quinzaine de pages, bourré d’humour et très bien construit ! J’aime beaucoup le concept !!

On en parle sur le net : Ricochet-jeunes, La boîte à thé, Lecture jeunesse 83.

Consulter le site de l’éditeur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s