Il était une fois en France, tome 2 : le vol noir des corbeaux

IL ÉTAIT UNE FOIS EN FRANCE, tome 2 : LE VOL NOIR DES CORBEAUX, par Fabien Nury et Sylvain Vallée (Glénat, 2008)

https://leslecturesdecaro.files.wordpress.com/2011/01/77b21-bdmango1d25c325a9cembreil25c325a9taitunefoisenfrancet2.gifSuite du tome 1. 1940. Joseph vit toujours avec sa femme et ses filles, même s’il est rarement présent dans son foyer. Il était prévu de quitter la France le 18 juin 1940 par un bateau stationné à la Rochelle. Au dernier moment, Joseph décide de ne plus partir. Il choisit de rester pour continuer à faire tourner ses affaires avec les allemands. Sa femme Eva ne le voit pas du même œil, mais ne peut contraindre les projets de son mari. Revenu à Paris, Joseph continue à négocier avec les nazis, via Otto, un allemand qu’il connaissait avant la guerre. Il travaille pour les occupants, mais les arnaque en ne fournissant pas du métal complètement pur, ce qui engendre que les canons et autres armes de guerre fabriquées par l’occupant ne sont pas de bonne qualité. Joseph arrive à se sortir de ce mauvais pas. Il profite également de sa situation pour éviter la déportation, et dans le même temps fait faire de faux papiers aux juifs qui travaillent pour lui.

C’est l’histoire d’un escroc, qui profite de la guerre pour s’enrichir, mais qui se fait aussi embarquer dans un projet trop grand pour lui, dans lequel il sent qu’il perd pied. Le personnage de Joseph a vraiment deux côtés : celui qui collabore, qui profite de ses relations avec l’occupant pour obtenir des passe-droits et celui qui « résiste » (ce mot n’est pas approprié mais je ne vois pas lequel conviendrait), en aidant des juifs. Les sentiments qu’on a vis-à-vis du personnage sont donc plus qu’ambigus… L’ambiance est malsaine dans cet album où Joseph passe d’un bord à l’autre selon les occasions qui se présentent. La lecture de cet album me laisse une drôle d’impression, car le personnage principal (qui n’est pas un héros) n’a vraiment pas de morale ni de scrupules.

Au niveau graphique, le trait est toujours aussi précis, avec un détail des visages assez impressionnant. La qualité des dessins mérite qu’on jette un coup d’oeil sur cette série, même si le sujet abordé n’est pas louable…

A partir de 15 ans selon l@BD, mais je ne suis pas sûre que je mettrais cette série dans un CDI de lycée..

Publicités

Une réflexion sur “Il était une fois en France, tome 2 : le vol noir des corbeaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s