La petite famille

LA PETITE FAMILLE, par Loïc Dauvillier (scénario), Marc Lizano (dessin) et Jean-Jacques Rouger (couleurs) (les éditions de la gouttière, 2013)

Un jeune garçon et sa soeur viennent passer quelques jours de vacances chez leurs grands-parents à la campagne. Tout se passe bien, la grand-mère est gentille avec eux, mais le grand-père est ronchon… Un jour il les emmène à la pêche, et les enfants vont découvrir un grand-père différent, qui profite du temps avec ses petits-enfants. Ils découvrent aussi son passé de footballeur. Le petit garçon devient alors complètement fan de son grand-père, jusqu’à ce que des problèmes de santé surgissent. C’est lors de vacances au bord de la mer que la famille apprend le décès du grand-père. Pas facile de gérer ses émotions dans ces moments-là… Les enfants découvrent la mort et la peine, et culpabilisent d’avoir « usé » leur grand-père en courant avec lui lors des parties de foot…

Voici un album avec une histoire toute simple, racontée du point de vue du petit fils pour la voix off. A vrai dire, je ne savais pas trop à quoi m’attendre, mais je pensais avoir dans les mains quelque chose de plus palpitant, même si au final cette histoire de relation filiale reste agréable. Elle parlera facilement aux jeunes lecteurs, et permet d’aborder en douceur le thème du deuil. La voix off du petit garçon semble presque nous parler et ressemble à tous les questionnements des enfants de son âge, qui croient que leurs proches sont immortels. Le dessin est quant à lui aisément abordable, avec des planches constituées de cases avec des gros plans sur les personnages et peu de décors et d’autres qui au contraire développent les décors, avec des cases plus grandes. A l’origine publié en trois tomes (il y a à peu près dix ans et chez un autre éditeur), il est agréable de lire ce triptyque d’une seule traite : le début parle de la famille en général et du lien qui unit les êtres, alors que la seconde partie aborde la mort du grand père suite aux problèmes de santé. Cet album qui ne paie pas spécialement de mine constitue une approche intéressante et touchante pour parle du deuil aux enfants. Ce n’est pas un album mémorable pour moi, mais il comporte tout de même un charme certain… Le sujet n’est pas si fréquent que cela en BD jeunesse.

A partir de 7 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Littérature a blog, Twenty three peonies, La bibliothèque de Noukette, Délivrer des livres, Takalirsa, Chez Canel

Premières planches sur Digibidi.

Publicités

6 réflexions sur “La petite famille

  1. Marion 6 avril 2015 / 09:07

    Je l’avais lu avec un petit pincement au coeur celui là…

    J'aime

    • caro 6 avril 2015 / 11:34

      Je te comprends… Moi aussi ça a été le cas.

      J'aime

  2. Jerome 7 avril 2015 / 12:30

    J’avais vraiment beaucoup aimé ! Et je trouve qu’il est indispensable de tout lire d’un seul coup, d’où l’intérêt de cette intégrale.

    J'aime

    • caro 8 avril 2015 / 17:21

      Ça prend tout son sens en lisant l’intégrale, oui, et je crois qu’on manque quelque chose sinon…

      J'aime

  3. noukette 8 avril 2015 / 22:22

    Mon fils avait beaucoup aimé, comme moi… Je pense qu’on ne reçoit pas cette histoire de la même façon quand on est un enfant…

    J'aime

    • caro 14 avril 2015 / 23:15

      Effectivement, il y a plusieurs niveaux de lecture dans cet album, et donc ça parle à tous les lecteurs !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s