Une histoire à vieillir debout [roman]

UNE HISTOIRE A VIEILLIR DEBOUT, par Carole Prieur (Oskar éditeur, 2012, coll. La vie)

histoire.jpgLe grand-père de Lou est installé depuis quelques temps en maison de retraite. Ce n’est pas lui qui voulait y aller, mais sa fille, la mère de Lou, qui a insisté pour qu’il s’y installe. Mais un jour, il décide de partir, sans avertir personne. Lou, qui vit en banlieue et ne connaît presque pas son aïeul, va décider, avec Najette, la fille d’une amie de sa mère qu’elle connaît peu, de partir sur ses traces. Le voyage va être mouvementé, mais ce sera l’occasion pour elle d’en apprendre plus sur ce grand-père assez mystérieux, et aussi de se faire une nouvelle amie…

Voici une histoire au titre original, dont le ‘pitch’ paraît assez simple, mais qui ne se déroule pas comme je l’aurais attendu. En effet, on a principalement le récit de Lou et Najette, entrecoupé de courtes impressions du grand-père, en italique, sur peu de pages. Il est donc très facile de distinguer le narrateur. J’ai trouvé très touchantes et très franches les impressions du grand-père, qui considère la maison de retraite comme un mouroir. Ses réflexions sonnent très justes,

Je pensais que ce roman allait plus parler de la relation petite-fille et grand-père, mais au final, on a souvent les deux en parallèle, avec majoritairement les deux jeunes filles qui débutent leur crise d’adolescence. Ces deux ados, justement, sont assez réalistes, elles font juste particulièrement matures, comparé aux ados que je peux fréquenter habituellement. Najette a pas mal de recul sur ce qui se passe, c’est un personnage que j’ai vraiment apprécié. Lou, la narratrice, m’a moins touchée, parce que plus naïve. Les personnages rencontrés sont originaux et réalistes : la grand-mère qui partage sa soupe, les deux ados de la campagne qui ont plein de clichés sur la banlieue et la « grande ville »… C’est tellement vrai, que pendant ma lecture, je visualisais plusieurs personnes sous ces portraits-là.

Ce texte compte un peu plus de 160 pages, avec un beau retournement de situation à la fin. Ce fut pour moi un joli roman sur la relation entre une petite-fille et son grand-père, et surtout sur un secret de famille qui empoisonne les relations familiales. La 4e de couverture, que je trouvais assez insignifiante au départ, révèle tout son sens une fois qu’on a lu le roman, mais je ne sais pas si le film « et au milieu coule une rivière » parle aux ados… C’est peut-être une référence qui leur sera inconnue. Il n’empêche qu’il serait dommage de passer à côté de ce texte !

A partir de 12 ans selon Ricochet.

On en parle sur les blogs : Vivre livre, Les riches heures de Fantasia, Lecture jeunesse 83

Publicités

2 réflexions sur “Une histoire à vieillir debout [roman]

    • caro 23 avril 2019 / 21:48

      Ah ça oui, il a ce quelque chose qui fait qu’on le retient ! 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s