Romans adulte

Les heures souterraines

LES HEURES SOUTERRAINES, par Delphine de Vigan (JC Lattès, 2009)

Mathilde est une femme active et une maman comblée par ses trois fils. Elle travaille à Paris ou en région parisienne dans une entreprise où elle est reconnue et appréciée par ses collègues. Malheureusement, cette belle vie s’arrête à compter du jour où son supérieur direct, à la suite d’un léger accrochage, fait tout pour lui supprimer son travail, la dévaloriser… Mathilde cache ce harcèlement moral à ses amis et sa famille, elle se rend à son bureau pour ne plus avoir rien à faire.  
Thibault est quant à lui médecin pour les urgences médicales de Paris, il vient de quitter Lila, la femme avec laquelle il ne partageait finalement pas tant de choses que cela. Après plus de 10 ans à Paris et cette séparation, la ville lui apparaît de plus en plus froide, de plus en plus porteuse de solitude. Ces deux personnes sont des exemples de gens vivant dans un rythme effréné, jusqu’à ce qu’un événement (ici le harcèlement et la séparation) les fasse considérer leur vie différemment. Ces deux personnages, assez banals finalement, pourraient-ils se croiser, se rencontrer en ce jour de mai ?

Les deux histoires sont intéressantes, les points de vue sont différents : une femme avec des enfants, un homme célibataire. Pourtant, au fil du récit, j’ai eu de plus en plus de mal à comprendre ce que faisait dans ce roman l’histoire de Thibault, qui a tendance à s’amenuiser au cours du récit. Mais bon, l’histoire de Mathilde est tellement bien décrite, surtout ses sentiments face à ce harcèlement, que ce ‘défaut’ peut tout de même être accepté. Le style littéraire est fluide, au point que je m’imaginais complètement la vie de ces deux personnages grâce aux phrases courtes et pas trop descriptives. Une très bonne lecture, à condition de ne pas être confronté à un tel sujet dans la vie réelle…

Ce roman faisait partie de la sélection du Goncourt et du Goncourt des Lycéens 2009, il a fait partie du tiercé gagnant dans chacun des deux prix. Delphine de Vigan a reçu pour cet ouvrage le prix « La liste Goncourt : le choix polonais », décerné par les étudiants de treize départements de littérature et civilisations françaises des Universités polonaises, sous l’égide de l’Institut français de Cracovie.

1 réflexion au sujet de “Les heures souterraines”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s