L’homme de l’année, tome 1 : 1917, le soldat inconnu

L’HOMME DE L’ANNEE, tome 1 : 1917, LE SOLDAT INCONNU, par Fred Duval, Jean-Pierre Pécau (scénario) et Mr Fab (dessin et couleurs) (Delcourt, 2013)

1920, à Verdun. Un soldat rescapé de la première guerre choisit le cercueil qui va reposer sous l’Arc de Triomphe, en tant que soldat inconnu. Retour en 1910, en Côte d’Ivoire, dans les plantations de cacao. Boubacar s’engage dans l’armée française à la place de son frère aîné. Aux côtés de son maître Joseph et des Français, il combat les Ivoiriens qui les attaquent. Il prend du galon, devient même lieutenant. En 1914, Boubacar et Joseph sont tous deux  envoyés en France, dans les tranchées du nord du pays. Là, ils vont connaître la boue, le froid, puis l’enfer de Verdun, la mort omniprésente, mais aussi le racisme envers « Bouba ». Seul Joseph donne toute sa confiance à Boubacar, et il va même poursuivre sa promesse envers son ami après sa mort sur le champ de bataille…

Voici un album qui est pour moi une bonne surprise. Je m’attendais à un album d’uchronie, mais il n’en est rien. Le scénario se base sur des faits réels, mais apporte quelques éléments qui sont fictifs. J’ai trouvé l’histoire très bien menée, et l’hypothèse de l’identité du soldat inconnu est bien trouvée. La description de la dureté et de l’horreur de la guerre est très réaliste. Le racisme présent à l’armée et dans la société du début du 20ème siècle est très ancré, se faufile partout, tout comme le colonialisme. Pour tout dire, j’ai bien accroché au scénario. Le dessin est assez foncé, et cela est accentué par les fines hachures, qui posent une sorte de voile sur le dessin. Au départ, j’ai eu un peu de mal avec cette particularité graphique, mais finalement, une fois cela dépassé, j’ai trouvé que les hachures correspondaient à l’époque et à sa noirceur. Bref, cet album mêlant fiction et réalité offre un point de vue original sur la première guerre mondiale en mettant en avant les tirailleurs, souvent oubliés, et en offrant des hypothèses « insolites » sur le soldat inconnu et sur une célèbre boisson chocolatée ;). J’ai donc passé un agréable moment de lecture, c’est presque dommage que l’album ne fasse que 64 pages…

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Le blog BD de Manuel Picaud, blog BD Sud-Ouest, Histoire pour tous, Oncle Fumetti

Voir la page consacrée à l’album sur le site de la série, avec des extraits, un making-of…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s