Alim le tanneur, tome 1 : le secret des eaux

ALIM LE TANNEUR, tome 1 : LE SECRET DES EAUX, par Wilfrid Lupano et Virginie Augustin (Delcourt, 2006, coll. Terres de légende)

Dans une société imaginaire, Alim fait partie des hors-castes et exerce la profession de tanneur de façon un peu particulière : il tanne des peaux de « sirènes tueuses ». Sa fille Bul étant aussi une hors-caste, mais sa vivacité et son franc-parler ne sont pas du tout appréciés par les autorités. En effet, la petite fille de 4 ans ne tient pas en place lors des cérémonies officielles et transgresse les règles religieuses de la cité. La légende veut que Jésameth, le dieu vénéré par les habitants, ait traversé la mer, et la petite Bul est initiée à la religion avec cette version-là. Un soir, alors qu’ils devaient assister à une fête traditionnelle, père et fille sont contraints d’aller dépecer sur une plage une sirène tueuse et la fillette trouve dans la panse de l’animal des reliques qui ressemblent fort à celles de Jésameth… Comment dès lors peut-elle croire ce qui fonde sa religion ? Alors lorsqu’elle révèle qu’elle ne croit pas en la religion officielle, les autorités l’emprisonnent, elle et son père. Heureusement que le grand-père est très imaginatif et va tout faire pour sauver sa famille.

J’ai passé un bon moment de lecture dépaysante avec la pétillante fillette et son père qui découvrent un objet qui les dépassent et va à l’encontre du monde dans lequel ils vivent. On n’a pas beaucoup de précisions sur ce monde, sauf qu’il repose pour beaucoup sur son fondateur mythique, Jésameth, et que les autorités religieuses ont beaucoup de pouvoirs sur la population. On ne sait pas pourquoi Alim, Bul et le grand-père font partie des hors-castes, ni quelles sont véritablement les autres castes. Mais il ne s’agit là que d’un premier tome, dans une série qui en comportera quatre, il faut donc laisser le temps au scénariste de dérouler son histoire. J’ai aimé ce récit du scénariste du Singe de Hartlepool et des Vieux fourneaux, dans un registre encore différent, mais toujours avec une touche d’humour. Les personnages principaux sont attachants et simples, un peu dépassés par ce qui leur arrive. Ils semblent bien normaux, face à ceux qui gouvernent et placent Jésameth au dessus de tout. Alim et sa fille vont en effet à contre-courant de la pensée exigée dans l’empire, et ce côté anticonformiste, même s’il n’est pas forcément voulu par nos deux héros, m’a bien plu. Le dessin tout en finesse de Virginie Augustin, dont je découvre le magnifique travail, est aussi sûrement pour beaucoup dans mon avis positif sur cet album. Les portraits d’Alim et de Bul sont très réussis, même si parfois les sentiments ont un peu de mal à passer sur le visage du tanneur (j’ai trouvé quelquefois qu’il avait peu d’expression faciale). Les paysages sont magnifiques, plein de détails et les couleurs chaudes et lumineuses donnent vraiment une jolie ambiance orientale à cet album dynamique et agréable. Une jolie découverte que je compte bien poursuivre avec les tomes suivants.

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Blog-o-livre, Chroniques de l’invisible, Nanook world, Ben Dis

Publicités

2 réflexions sur “Alim le tanneur, tome 1 : le secret des eaux

  1. NANOOK 10 septembre 2014 / 20:44

    Bonjour, Merci d’avoir ajouté un lien vers notre site ! 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s