Premières vendanges

PREMIÈRES VENDANGES, par Wandrille (scénario) et Anne-Lise Nalin (dessin et couleurs) (Delcourt, 2014)

Quelque part en Bourgogne, dans la commune de Mercurey, trois copines, Inès, Laetitia et Caroline, se retrouvent pour deux semaines de vendanges. Au programme, travail dans les vignes, découverte du bizutage mais aussi soirées arrosées et rencontres amicales ou plus si affinités.. C’est pour les trois jeunes femmes une sorte de rite initiatique, qui va faire se révéler la vraie nature de chacune…

En ce mois de septembre ensoleillé, voici un album de saison, lu cet été. En ce moment, je n’ai pas de chance, car ce n’est encore une fois pas un album mémorable, ce n’est pas un coup de cœur, loin de là, mais il m’a juste permis de me rappeler des boulots étudiants de l’été, ceux qu’on fait pour gagner un peu d’argent pour l’année, et où on rencontre d’autres jeunes dans la même situation. Personnellement, je n’ai jamais fait les vendanges, mais j’ai fait d’autres travaux agricoles, où parfois on était logés sur place. Autant dire que certains épisodes relatés dans cet album ont trouvé un écho chez moi, même si le cadre était différent. L’histoire se lit agréablement, même si le fil conducteur est parfois un peu lâche. L’album apporte quelques notions sur la viticulture, quelques termes spécifiques, mais n’explique pas plus que cela. Visiblement, ce n’était pas le but du scénariste, qui a préféré mettre en avant dans cet album au format classique l’aspect relationnel chez un groupe de jeunes gens. Les rebondissements sont nombreux, trop nombreux pour qu’on y croit vraiment, mais ça se laisse lire quand même. Le dessin n’est ni beau ni laid, il donne une ambiance légère au récit, mais il n’a rien de vraiment particulier. Premières vendanges a été pour moi une lecture sympathique, dans laquelle certains moments sonnent justes, mais il n’est pas un album véritablement indispensable. A lire sans trop en espérer…

Non mentionné sur l@BD, je dirais à partir de 15 ans.

On en parle sur les blogs : Wine and the city, La rubirque à barc,

Premières planches à retrouver sur Izneo.

Cet album participe à , accueilli cette semaine chez Moka au milieu des livres.

Publicités

14 réflexions sur “Premières vendanges

  1. Mylene 7 septembre 2016 / 08:37

    je travaille dans le monde du vin (mais dans le sud ouest), du coup je suis curieuse, je note le titre 🙂

    J'aime

    • caro 7 septembre 2016 / 22:31

      N’en attends pas trop tout de même, tu risquerais fort d’être déçue…

      J'aime

  2. noukette 7 septembre 2016 / 09:13

    Pas incontournable donc, je n’en ferai pas une priorité…

    J'aime

    • caro 7 septembre 2016 / 22:33

      C’est tout à fait ça, on peut se dispenser de cet album, même si l’idée de départ n’était pas trop mal…

      J'aime

  3. Jerome 7 septembre 2016 / 12:21

    Tu es vraiment trop mitigée pour que je me laisse tenter.

    J'aime

    • caro 7 septembre 2016 / 22:36

      En ce moment, j’ai vraiment du mal à avoir des coups de coeur pour des albums, c’est peut-être que je suis plus exigeante, ou alors c’est peut-être aussi que ce que je lis est un cran (voire plusieurs parfois) en dessous… Par respect pour les auteurs, je tente d’écrire des billets qui ne soient pas trop négatifs, mais je dois avouer que ce n’est pas simple, cet album-là en est un exemple.

      J'aime

  4. Bouma 7 septembre 2016 / 14:18

    je vais passer mon tour sur celle-ci, surtout si elle ne sort pas du lot

    J'aime

    • caro 7 septembre 2016 / 22:37

      Tu as bien raison, il y a tant d’autres albums qui méritent qu’on s’y arrête vraiment !

      J'aime

  5. Violette 7 septembre 2016 / 20:42

    en tombant dessus par hasard ou si on s’ennuie vraiment si j’ai bien compris 😉

    J'aime

    • caro 7 septembre 2016 / 22:42

      Oui, et encore… Il y a tellement d’albums bien meilleurs au niveau du scénario.

      J'aime

  6. Mokamilla 7 septembre 2016 / 20:42

    Autant je trouve Les Ignorants sublime, autant ce titre est vraiment pour moi très mauvais. Je n’ai pas pris le temps de le chroniquer mais je me souvient l’avoir refermé un poil agacé tant je l’ai trouvé d’un ennui et d’un opportunisme sans nom.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s