Les cobayes

LES COBAYES, par Tonino Benacquista (scénario) et Nicolas Barral (dessin) (Dargaud, 2014)

De nos jours, deux hommes et une femme sont choisis parmi de nombreux prétendants pour tester un nouveau médicament du laboratoire Scott-Dumaz contre une rémunération intéressante. Ce nouvel antidépresseur va être testé sur eux pendant deux semaines qui vont bouleverser leur vie. Ils vont assez mal supporter les essais et le fait d’être isolés du monde extérieur. Leur comportement va changer à cause d’effets secondaires inattendus…

Cet album sorti au tout début 2014 n’a pas forcément fait beaucoup de bruit, personnellement je ne l’avais pas vu beaucoup sur les blogs ou même en librairie. Pourtant, ce one-shot est très intéressant. Au départ, la situation est très commune, même si on sent bien qu’il y a tout de même quelque chose qui cloche chez ces trois cobayes qui mentent tous plus ou moins pour gagner les 3500 euros nécessaires à leur survie. En effet, l’un est atteint de troubles sévères de la mémoire qui lui ont fait perdre son travail, une autre est arrivée en France pour entrer à l’école des beaux-arts sans jamais dépasser le stade des sélections, le dernier enfin a une vie sexuelle très pauvre à cause de problèmes physiques. Les essais se déroulent normalement, en milieu fermé, avec de nombreuses observations effectuées par les chercheurs. Ce n’est que sur la fin des tests et lors du retour à la vie normale que cela va dégénérer, et que la situation va mal tourner pour le laboratoire. J’ai aimé lire cette histoire bien menée avec des rebondissements. Le scénario fait à la fois peur et sourire, et j’ai beaucoup aimé cette plongée dans ce futur peut-être pas si lointain que cela. La fin est surprenante et loin d’être fermée, peut-être un peu déroutante. Le dessin de Nicolas Barral est sympa, dans le sens où on ne peut confondre les personnages. Les portraits sont réalistes, même si parfois un peu figés. Cependant, le découpage est dynamique, et on tourne facilement les 96 pages de l’album, happés par le dessin et l’histoire. Les couleurs sont peut-être un peu ternes et les décors parfois un peu trop absents à mon goût, mais sinon, cet album constitue une bonne réflexion sur la médecine, les industries pharmaceutiques et leurs possibles dérives…

A partir de 15 ans selon l@BD.

On en parle sur les blogs : Sin CityBédépolar, Flynn SFFF, Objectif BD, Blog BD Sud-Ouest

Premières planches à voir sur le site de l’éditeur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s