BD aventure, BD fantastique

L’âge d’or, volume 1

L’ÂGE D’OR, volume 1, par Cyril Pedrosa et Roxane Moreil (Dupuis, 2018, coll. Aire libre)

age d'orA la mort du roi, c’est la guerre pour la succession entre sa fille Tilda et son jeune fils secondé par l’étrange régent Vaudemont et ses sbires… La situation économique de la région est mauvaise, les seigneurs lèvent de plus en plus d’impôts, les récoltes sont moins bonnes, des révoltes apparaissent un peu partout… Le royaume se divise, seul un seigneur du nom d’Albaret annonce s’allier à Tilda et le jeune garçon parvient à prendre le pouvoir aidé de quelques seigneurs, tandis que Tilda se voit contrainte de fuir, avec ses compagnons Tankred et Bertil… Dans les bois, après un malaise de Tilda, ils découvrent une drôle de communauté, composée uniquement de femmes, et une énigmatique Frida qui passe son temps à étudier… comment cette rencontre va-t-elle leur permettre de retrouver le pouvoir ? Et pourquoi Tilda a-t-elle des marques sur le corps lors de cet exil ?

Voici le premier tome d’un diptyque que j’ai enfin pris le temps de lire… J’avais un peu peur de l’épaisseur de l’album, qui plus est de grand format (pas toujours facile à tenir quand on lit dans des positions improbables ! 🙂 ). J’ai beaucoup aimé cette histoire qui prend le temps de se développer, au travers de presque 230 pages. Les personnages sont assez peu nombreux, donc le récit est facile à suivre, et les auteurs développent suffisamment l’histoire pour qu’on s’attache aux personnages, de la haute société comme de la basse…

J’ai beaucoup aimé quand on a une action qui se déroule dans une seule et même case, avec le personnage qui est à plusieurs endroits pour signifier qu’il avance. Cela arrive par exemple lors du périple du trio pour se rendre à Ohman. C’est un super procédé, qui permet de faire avancer l’histoire tout en ayant un plan large sur le paysage. Même chose lors de scènes qui se passent en ville, on a plein de choses à voir un peu partout grâce à la double page. C’était vraiment chouette à lire en tout cas, et impossible de tourner la page avant d’avoir tout observé… Ces pleines pages sont magnifiques, on en prend plein la vue. Il y a pas mal de détails, ce qui fait qu’on peut largement s’attarder dessus, c’est très beau et les couleurs chaudes utilisées aident grandement à se sentir « à l’aise » dans cette histoire.

Il y a aussi un certain nombre de références d’actualité, alors que l’album est censé se passer à une époque indéterminée, un Moyen-Âge fantasmé dans une monarchie lointaine (il y est question de la Péninsule…)

Le trait de Cyril Pedrosa est toujours le même, des années après Trois ombres, Portugal ou encore Autobio. Même sa typographie n’a pas changé. Elle est un peu difficile à lire au tout départ sur certaines lettres, mais on se fond finalement très vite dans cette histoire, et on s’habitue à ce style particulier. Ma lecture de la suite est prévue pour bientôt…

Non mentionné sur l@BD, je dirais à partir de 15 ans.

Premières planches à voir sur Izneo.

Voir aussi le mini-site dans lequel les auteurs expliquent la création des deux albums.

On en parle sur les blogs : La bibliothèque de Noukette, Little pretty books, Anouk library, Mes pages versicolores, La pomme qui rougit

Cet album participe à bd, aujourd’hui chez Stéphie qui regroupe les billets des participants !

Publicité

8 réflexions au sujet de “L’âge d’or, volume 1”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s