Aliénor Mandragore, tome 1

ALIENOR MANDRAGORE, tome 1 : Merlin est mort, vive Merlin !, par Séverine Gauthier (scénario) et Thomas Labourot (dessin) (Rue de Sèvres, 2015)

Merlin est un vieil enchanteur passionné de champignons. Il enseigne son savoir et sa magie à sa fille Aliénor qui, loin d’être passionnée par les propos de son père, fait plus acte de présence lors de leurs promenades dans la forêt de Brocéliande. Un jour, tous deux découvrent une mandragore, une plante magique qui tue par son cri la personne en face d’elle. Sûr de lui car se croyant protégé par le sang de dragon qui coule dans ses veines, Merlin demande à Aliénor de la déterrer, mais tombe raide mort face à la plante hurlante. Aliénor ne sait que faire, jusqu’à ce que le fantôme de son père apparaisse et lui demande de ramener le corps dans leur maison, le temps de trouver le moyen de ressusciter… Mais la mort, ici nommée l’Ankou, veille et demande à Merlin devenir avec lui. Ce dernier refuse et assiste discrètement à son propre enterrement, espérant toujours trouver un élixir pour revenir à lui. Aliénor décide alors d’aller voir sa voisine la fée Morgane, fâchée avec son père, pour trouver dans ses grimoires une formule pour sauver son père, mais ses intentions sont démasquées. La jeune fille est chassée et atterrit dans la forêt, où elle rencontre toutes sortes de personnages plus étranges les uns que les autres…

Lire la suite

Publicités

Le teckel tome 2

LE TECKEL tome 2 : LES AFFAIRES REPRENNENT, par Hervé Bourhis (Arte / Casterman, 2015, coll. professeur Cyclope)

teckel2

Suite du tome 1. Guy « le teckel » était parti au Brésil avec son amour Meredith, après avoir tué le mari de celle-ci. Mais le revoici en France suite au scandale provoqué par le médicament du laboratoire Duprat, missionné par de mystérieux commanditaires… Il retrouve son comparse Jérémy qui l’introduit dans les milieux du ministère de la santé, mais il doit aussi garder sa fille Victoire pour la semaine, alors qu’il n’a jamais vraiment été un père pour l’ado. De plus, suite à un quiproquo, alors qu’il partait à la recherche du frère de Merchon, ex-directeur du laboratoire, il se retrouve à tourner un film érotique, puis dans une soirée entre adultes consentants… Il ne désespère pas de remplir sa mission, mais aussi de retrouver sa fille kidnappée par des inconnus.

Lire la suite

Mortelle Adèle tome 1

MORTELLE ADÈLE, tome 1 : TOUT ÇA FINIRA MAL, par Mr Tan (scénario) et Miss Prickly (dessin) (Editions Tourbillon, 2012, coll. Globulle)

mortelle adeleAdèle est une petite fille au caractère plus que trempé. Elle n’aime personne, et porte un regard très acéré sur tout ce qui l’entoure : ses parents, son chat, les enfants de son âge que ce soit Geoffrey son amoureux ou Jade et ses copines… Elle ne se prive pas de commenter tout ce qui se passe, que cela fasse plaisir ou non, et sa répartie laisse souvent ses interlocuteurs pantois…  Lire la suite

Dans la forêt sombre et mystérieuse

DANS LA FORÊT SOMBRE ET MYSTERIEUSE, par Winshluss (Gallimard jeunesse, 2016)

foret-sombre-mysterieuseAngelo est un petit garçon qui vit dans une drôle de famille complètement barge, entre un frère limite psychopathe, un père amorphe, une mère déprimée et une petite sœur bébé toujours à l’affût de ce qui se passe. Angelo, lui a plutôt l’air d’un enfant solitaire et plutôt débrouillard, même s’il manque de maturité. Un jour, la famille apprend que la grand-mère n’en a plus que pour quelques jours à vivre et tous décident d’aller la rejoindre en voiture.  Ils prennent l’autoroute et s’arrêtent sur une aire de repos, repartant en laissant involontairement Angelo sur place. Ce dernier, confiant, a l’espoir de vite les retrouver, et décide de couper à travers la forêt. Mais le voyage ne va pas être de tout repos, les personnages plus bizarres les uns que les autres vont se succéder… Lire la suite

La vie de tous les jours

LA VIE DE TOUS LES JOURS, par Mickaël Roux (Bamboo, 2015)

Mickaël est un auteur de bande dessinée qui manque parfois d’inspiration. C’est aussi le papa du jeune Léon. Il nous raconte, non sans humour, sa vie de famille avec sa compagne et son fils, entrecoupé parfois de problèmes existentiels ou superficiels, de superhéros et autres moments déjantés… Lire la suite

Oui ! 101 questions à se poser avant de se marier

OUI ! 101 QUESTIONS A SE POSER AVANT DE SE MARIER, par Margaux Motin et Pacco (Delcourt, 2015, coll. Tapas)

Recueil de 101 questions à poser aux futurs mariés et mariées pour être sûr de bien choisir son promis avant de s’engager… Choix de son conjoint, aléas de la vie de couple, enfants, animaux de compagnie, amis des mariés, organisation du jour J… De nombreuses thématiques sont abordées avec humour dans cet ouvrage, dont la question la plus importante « voulez-vous l’épouser ? »

J’aime bien ce que fait Margaux Motin (J’aurais adoré être ethnologue, La théorie de la contorsion), même si j’avais été moins conquise par ma dernière lecture (La tectonique des plaques). J’aime bien son trait léger et réaliste, et ses personnages un peu déjantés. Au contraire, je n’avais jamais lu de livre de son compagnon Pacco. Quand j’ai vu cet album arriver parmi les nouveautés à la bibliothèque, je n’ai pas hésité une seconde. Mon homme a été le premier à le lire, ou plutôt à le feuilleter. En effet, pas d’histoire à l’intérieur de cet album carré, mais une succession de doubles pages toujours construites de la même façon, alternant les questions bleues pour les hommes et roses pour les femmes : à gauche une question est posée et développée à travers un court texte en dessous, et à gauche un dessin de Pacco ou Margaux Motin (selon que la question s’adresse à l’homme ou à la femme) est en lien plus ou moins direct avec le thème abordé dans la question. J’aime beaucoup le trait de Margaux Motin, même si les filles filiformes se ressemblent toutes et ont un look très apprêté. Je trouve ce trait très élégant et aérien. Le trait de Pacco est pas mal non plus, un peu différent mais pas tant que cela au premier coup d’oeil. Il est un peu moins dynamique, mais correspond quand même bien à l’ambiance de cet album. Il est facile de se retrouver dans les questions, peut-être parce que je fais partie de la tranche d’âge cible de cet album, et que de nombreux amis autour de nous se marient… A noter enfin que l’album est aussi un bel objet, avec une couverture épaisse et rembourrée. Ce n’est pas l’album du siècle, loin de là, car il sera oublié d’ici quelques temps, mais il permet de passer un agréable moment de lecture tout de même. Ce serait plutôt un bel objet à offrir à de futurs mariés. Hasard ou pas d’ailleurs, j’étais en train de lire cet album quand une amie m’a appelée pour m’annoncer son mariage l’automne prochain… 🙂

Non mentionné sur l@BD, mais je dirais à partir de 15 ans.

On en parle sur les blogs : Pissenlit de lune, My pretty books, 110 livres

Quelques planches à voir sur le site de l’éditeur.

Lien vers le site de Margaux Motin et celui de Pacco.

Les beaux étés, tome 1 : cap au sud !

LES BEAUX ÉTÉS, tome 1 : CAP AU SUD !, par Zidrou (scénario) et Jordi Lafebre (Dargaud, 2015)

Retour sur l’été 1973, avec une famille belge qui part avec quelques jours de retard en vacances dans le sud de la France avec ses quatre enfants. Le voyage se déroule sur plusieurs jours dans une 4L bien remplie. Les arrêts sont nombreux, pour remplir le réservoir, pour déjeuner ou encore pour profiter de jolis petits coins au bord de l’eau, où la joyeuse famille passe d’agréables moments. Le retour au plat (et pluvieux) pays  va cependant se faire plus vite que prévu, mais cela n’entame pas la bonne humeur apparente…

Voici un album que j’ai dévoré d’une seule traite, j’ai retrouvé avec plaisir les scénarios de Zidrou et le trait de l’espagnol Jordi Lafebre, les auteurs du magnifique et émouvant Lydie il y a quelques années. Là, on n’est plus dans le même registre, du moins au premier abord : l’histoire de ce récit de vacances (souvenirs autobiographiques ?) est très réaliste et parfois drôle, magnifiée par une mise en couleurs très lumineuse et quelquefois vintage. Le style 1970 est aussi respecté dans les tenues et les lunettes, j’ai beaucoup aimé ces clins d’œil ; même si je ne suis pas de cette génération-là, cela m’a fait penser aux photos jaunies dans les albums de mes parents. Quelques répliques sont savoureuses et les personnages des enfants ne sont pas étrangers à cela. Chacun d’entre eux a son petit moment avec lequel on en apprend plus sur lui. La plus craquante, je trouve, est Paulette, la petite dernière avec ses erreurs de prononciation. L’histoire prend par moments une tournure un peu plus grave, avec les problèmes de couple des parents qui font tout pour les cacher aux enfants, le temps de leurs dernières vacances ensemble… Mais cela ne constitue pas le fil directeur de l’histoire, et on sent que la famille est mise en avant sur les problèmes conjugaux. L’histoire est souvent pleine de gaieté et de bonne humeur, avec parfois des clichés, mais qui sont bien exploités pour faire rire le lecteur (j’ai aimé ceux sur la Belgique, ses frites et sa drache [très forte ondée belgo-belge]). Le trait magnifique de Jordi Lafebre sait donner vie à des personnages touchants, que j’aurai grand plaisir à retrouver dans le tome suivant qui se déroulera en 1969. Voici un album coup de cœur dont j’attends désormais très impatiemment la suite !

A partir de 13 ans selon l@BD.

On en parle (beaucoup) sur les blogs : La bibliothèque de Noukette, D’une berge à l’autre, SambaBD, Promenades et méditations, Les jardins d’Hélène, Un amour de BD, Des livres des livres, Blog brother

Premières planches à lire sur Izneo.

Cet album participe à , cette semaine chez Noukette.